retour à l'accueil

2022 Norvège HURTIGRUTEN du 17 février au 1er mars



Nous allons réaliser un de nos rêves,
embarquer sur un express côtier de la compagnie HURTIGRUTEN,
le MS KONG HARALD qui porte le nom de l'actuel roi de Norvège Harald V.

Nous voyagerons de BERGEN à KIRKENES et retour et espérons voir des aurores boréales.
Cette année est une année solaire et nos souhaits devraient être exhaussés.

Un peu d'histoire :

L'idée d'un train express côtier souleva une vive controverse.
Rares étaient ceux qui croyaient possible de sillonner la côte tout au long de l'année, en particulier durant l'hiver.
A l'époque le littoral norvégien était mal cartographié.

Le capitaine Richard With signa toutefois un contrat avec le gouvernement en mai 1893.
Au début les départs furent hebdomadaires et le Hurtigruten desservit 9 ports de Trondheim à Hammerfest durant l'été.

En hiver l'itinéraire s'arrêtait à Tromso.
Rapidement ce service se révéla vital pour les communautés concernées.

Aujourd'hui 2 compagnies exploitant 12 bateaux assurent des départs journaliers.
Avec ses 34 escales, le circuit de Bergen à Kirkenes est considéré comme "le plus beau voyage au monde par la mer".


Jeudi 17 février
:
Grosse journée de galère !
Lever à 5 heures pour prendre l'avion à Clermont direction Paris.
Un message arrivé dans la nuit nous prévient que le vol est annulé...
Pas de temps à perdre nous partons en voiture sans prendre le temps d'avaler seulement un café. Heureusement la maison était prête pour notre départ et les sacs étaient prêts eux aussi.
A 100 km de Paris arrêt pour faire le plein de gasoil. La scoumoune est avec nous : les pompes sont bloquées, panne informatique générale. Nous attendrons 1/2 heure qu'elles redémarrent.
Je contacte alors Hurtigruten pour leur expliquer la situation. La réponse est claire, si nous loupons le bateau il n'y a pas de report possible et bien sûr pas de remboursement. Très pros ils nous assurent qu'ils vont nous assister. Je passe sur les petits problèmes de parking, de test de - de 36 heures qui sont en fait de - de 24 h. et qu'il faut refaire vite fait à l'aéroport...
Finalement nous aurons un vol Paris - Frankfort puis Frankfort - Bergen et arriverons moins d'une heure avant le départ du bateau.
OUF ! quelle aventure ! espérons que la suite sera plus calme.
En soirée nous avons une réunion de présentation de notre voyage et de la vie à bord.
Nous n'avons pas besoin de berceuse pour nous endormir et pas le temps de rêver.

Vendredi 18 février :
Nous voilà sur ce magnifique navire, trop heureux d'être là !
Nous avons longé la côte mais navigué aussi en pleine mer.
Arrivée à Alesund, ville totalement reconstruite en style art nouveau après l'incendie de 1904 qui l'avait totalement détruite.



Nous avons un beau soleil mais aussi quelques giboulées de neige. La température est de 2°, c'est bon. Nous montons à FJELLSTUA qui est un promontoire d'où on a une très belle vue sur la ville, après avoir gravi 416 marches.







La ville est calme et notre petit tour est un premier contact très agréable. Grand changement pour nous d'être arrivés à destination en moins de 24 heures !
Ce soir projection sur les aurores boréales. Les voyageurs sont bichonnés.

Samedi 19 février :
TROMDHEIM est la 3ème ville de Norvège, située au milieu du pays, sur un fjord.
Nous avons des averses de neige suivies d'un rayon de soleil mais nous allons vers le nord et les rues sont parfois verglacées. C'est l'occasion d'utiliser l'accessoire indispensable : les crampons. Ils sont faciles à enfiler sur les semelles de nos bottes et nous pouvons nous balader sans crainte.
Nous traversons une partie du centre-ville pour aller à la cathédrale de Nidaros, édifiée en 1070. Monument majestueux, devenue cathédrale luthérienne lors de la réforme protestante, elle était auparavant l'objet d'un pèlerinage menant au tombeau de saint Olaf.



Les anciens entrepôts le long de la rivière Nidelva sont incontournables ! Le vieux pont en bois également.



Notre navire reprend la mer en sortant du fjord. Nous longeons la côte et apercevons quelques maisons isolées ou des petits villages.
Le phare de Kjeungskjaer situé en pleine mer a été habité par des hommes seuls mais aussi par des familles. Les enfants étaient attachés quand ils sortaient pour ne pas tomber à l'eau. On peut maintenant le louer.



Dimanche 20 février :
Ce matin lever de bonne heure pour passer le cercle polaire Arctique. Le navire avance vite et il faut prendre la photo rapidement.



A 10 heures cérémonie du passage du CERCLE POLAIRE ARCTIQUE. La personne qui a donné l'heure la plus proche de celle du passage du cercle a gagné... le plaisir de recevoir une bonne louche de glaçons dans le cou !
C'est le dieu des trolls qui officie avec sa grande barbe et son trident. Il est aidé par le capitaine du navire. Des volontaires tentent la même expérience dont Bernard. Ils ont ensuite droit à un petit coup de remontant.

  

A la suite de cette cérémonie le capitaine du navire, le manager et l'ingénieur en chef signent cartes postales (tamponnées du cercle polaire), livres et tout autre document présenté. C'est bon enfant et tout le monde joue le jeu.
Arrêt très court dans un bourg pour quelques passagers et marchandises.





Arrêt à BODO, petite ville sans grand intérêt si ce n'est de faire un tour à l'extérieur. Le vent est glacial et les crampons sont indispensables sur la patinoire que sont devenues les rues.
Après les îles Lofoten nous passons par le TROLLEJORDEN qui est un bras de mer entre les îles et le continent.
Nous fêtons ce passage qui a l'air important avec une boisson "réconfortante" à 23 heures.



Quelques fresques murales :



Info sur la vie à bord :
Nous avons une cabine assez confortable avec 3 lits et un très grand hublot.
Les Français sont nombreux, une cinquantaine. Il y a des Allemands, des Autrichiens et d'autres nationalités.
Le programme de la journée est donné la veille et il est très détaillé. Une animatrice française donne une conférence tous les soirs pour expliquer un des aspects de la Norvège : géographie, histoire des expéditions polaires, formation des aurores boréales, ...
Pour les repas, le petit déjeuner est en libre-service. Les repas de midi et du soir sont servis à table. C'est très bien cuisiné, très bien présenté et copieux. Dans la journée le bar est ouvert. Le personnel est très souriant et efficace.

Lundi 21 février :
Après les îles LOFOTEN, les îles Vesperalen sont passées elles aussi et nous continuons vers TROMSO.
A 11 h.10 encore une cérémonie, celle-ci pour fêter l'anniversaire du roi Herald. Nous avons tellement d'occupations (!) que nous loupons l'heure et l'hommage au roi.
Le paysage est différent, le relief est moins plat, les sommets bien que modestes sont pointus et couverts de neige. Très peu d'habitations ici aussi.
TROMSO est une ville importante et c'est la plus animée depuis le début de nos visites.
Nous traversons le pont long de 1,8 km pour aller visiter la cathédrale arctique. Elle a une façade triangulaire et un seul vitrail occupe tout le mur du fond.
Retour par le même pont pour aller faire un tour en ville. Il y a un nombre impressionnant de coiffeurs et de nombreuses boutiques. Une boutique de souvenirs fera notre bonheur.






La statue sur la place principale de la ville rappelle que la Norvège a très longtemps chassé la baleine. Elle y est encore autorisée avec le Japon, la Russie et le Danemark (Groenland).



Et ce soir nous avons droit aux aurores boréales.


Mardi 22 février :
La journée est spéciale parce que l'escale pour aller au Cap Nord dure de 11 heures à 14 heures 30.
Nous avons donc un petit déjeuner-brunch et le repas du soir à l'heure habituelle et avec des spécialités norvégiennes.
Jusqu'à présent le climat est plutôt tempéré, le gulf stream réchauffe la région côtière mais plus au nord on ne sent plus son influence et on passe sous climat arctique. Il fait donc plus froid. Nous nous habillons très chaudement pour aller en excursion au pôle Nord. Il fait soleil et le trajet en bus est très apprécié. Un guide nous commente la visite avec de nombreuses explications sur la vie des habitants qui est tournée vers la pêche et l'élevage des rennes. La population locale est la population sami qui a été pendant des siècles ignorée par le gouvernement norvégien.. Le parlement sami a siégé pour la première fois en 1989. Au cours du 20e siècle, à plusieurs reprises, les Samis se sont vu signifier l’interdiction de pratiquer leur propre langue aux dépens du norvégien, dans le cadre d’une politique d'assimilation draconienne. Conséquence : moins de la moitié des Samis norvégiens parlent aujourd'hui le same. C’est d'ailleurs la raison pour laquelle le gouvernement norvégien a présenté des excuses officielles au peuple sami en 1999.

 

Le Cap Nord est sous le soleil et nous avons une belle vue sur le globe qui symbolise ce bout du monde.
"Barn av Jorden" : enfants de la terre. Monument créé en 1989 et illustré par 7 enfants de différentes parties du monde, symbolisant la coopération l'amitié, l'espoir et la joie au-delà de toute frontière. Face aux sculptures se trouvent une mère et son enfant, les pieds dans la neige.
Sur la photo de gauche la pointe dans l'océan est le "vrai" Cap Nord.






Mercredi 23 février :
Chasse aux aurores boréales hier soir encore. Si elles sont faciles à voir elles sont plus difficiles à photographier ! surtout du pont du bateau qui bouge.
Nous entrons dans le Bokfjord et nous arrivons à Kirkenes, à 14 km de la frontière russe. De là nous repartirons vers Bergen.
La température annoncée est de - 23 degrés. Nous nous habillons en conséquence et mettons plusieurs couches chaudes. Il fait très beau, le soleil nous permet de prendre quelques belles photos.







Les habitants se déplacent avec des sortes de luge qui leur permettent de transporter les enfants ou les sacs de provision ! La mer transporte de la glace !




Un court arrêt à Vardo et nous en profitons pour aller voir la forteresse qui date du 18ème siècle. Elle est au même niveau que la ville... bizarre pour une forteresse !



Jeudi 24 février :
Une seule sortie est prévue aujourd'hui, HAMMERFEST. On y trouve l'une des bornes de l'arc géodésique de Struve, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est une chaîne de repères géodésiques de triangulation, qui traverse l'Europe de la Norvège à la mer Noire sur plus de 2 800 km pour mesurer la taille et la forme exacte de la Terre.



La ville compte aujourd’hui 9 500 habitants dont la plupart travaillent dans les usines de transformation du poisson, notamment pour le compte de la société Findus. Elle accueille également des industries en rapport avec l'activité maritime.
La ville se tourne maintenant vers la prospection énergétique (pétrole et gaz). Un gisement de gaz se situe dans la mer de Barents. Il est traité dans une usine ultramoderne, installée sur une île près de la ville.


Vendredi 25 février :
Départ de HARSTAD dès 8 heures ce matin pour une longue visite appelée "A taste of Vesteralen". Nous irons reprendre notre navire à son arrêt suivant.
Nous partons en bus et notre première visite est pour l'église de TRONDENES. Elle a été construite à la fin du 12ème siècle sur un ancien site religieux des Vikings. Les murs étaient couverts de fresques qui ont disparu à la Réforme de 1536. Seuls restent 3 triptyques du 15ème siècle venus du nord de l'Allemagne et payés avec la morue séchée des Lofoten ! Le pasteur nous gratifie d'un mini office. Les bancs sont chauffés, les fidèles sont bien traités.





Proche de l'église se trouve un musée et une reconstitution d'une habitation viking. Une église en "bois debout" complète cet ensemble. Malgré les crampons sous les bottes de neige le sentier est glissant. Bernard fait un petit dérapage et pendant que je me moque de lui je fais une belle glissade et je me retrouve les fesses dans la neige !



Nous traversons le fjord à bord d'un ferry après avoir vu une ferme à saumons. Nous n'aurons pas de commentaire sur cette ferme... sauf ce soir quand Anne, notre animatrice, nous donnera des infos sur cet élevage. Pour elle il est très bien maîtrisé et effectué dans de bonnes règles sanitaires. Il n'empêche que quand des saumons sauvages croisent des saumons d'élevage il est impossible pour eux de se reproduire parce que les saumons d'élevage sont modifiés génétiquement. Ce qui veut sans doute dire que la disparition des saumons sauvages est en route.





Quand nous passons sur le pont pour aller à l'embarcadère le MS Kong Herald passe dessous, beau timing et nous sommes salués par les drapeaux norvégiens.

 
 
Samedi 26 février
:
Nous passons le cercle polaire arctique vers le sud cette fois-ci. Nous avons droit à une autre cérémonie moins spectaculaire que les glaçons dans le cou ! Nous sommes invités à boire une cuillérée d'huile de foie de morue. C'est très amusant de voir la tête et les réactions des uns et des autres. Cela nous renvoie à des souvenirs de notre enfance ! Mais c'est comme toujours très convivial.



Les paysages sont toujours magnifiques.



Petite escale à BRONNOYSUND qui est situé exactement au milieu de la Norvège à égale distance de LINDESNES au sud et du CAP NORD.





Dimanche 27 février :
Nous repassons par TROMDHEIM ce matin mais nous ne retournerons pas visiter cette ville.
Par contre le petit arrêt à KRISTIANSUND nous permettra de voir les statues édifiées pour rappeler qu'ici les femmes de pêcheurs mettaient les morues à sécher. La pêche a toujours été une activité très importante en Norvège.
Avant que le sous-sol ne révèle ses richesses, elle était la principale source de revenus de ce pays.




Lundi 28 février :
Nous avons été bien "brassés" hier soir et encore aujourd'hui ! Heureusement que nous n'avons pas eu ces problèmes au départ... nous aurions appréhendé la suite !
Nous arrivons à BERGEN avec du retard mais nous avons le temps d'une visite de la ville en bus avec une guide francophone qui nous montre les différents quartiers. Nous allons ensuite faire un petit tour à pieds, qui est interrompu par une averse.
Nous étions venus il y a 10 ans en été et avec notre ccar. Ce voyage est tout à fait différent, nous avons vu la Norvège de la mer en longeant la côte et dans des conditions très agréables pour nous qui étions bien pris en charge.
Une expérience superbe mais notre véhicule restera notre moyen de voyage préféré !








Je ne peux pas terminer mon récit sans montrer l'intérieur du navire...




Et quelques plats qui nous ont bien régalés...

  
 
Il y a quand même eu un moment d'accalmie pour le pot de l'amitié qui est aussi celui du départ. Merci à cette belle équipe qui a toujours été présente et attentive ! et merci à nos compagnons de voyage que le hasard a mis sur notre route et avec qui nous avons tissé des liens d'amitié.