retour au menu
2022 mars - vers le Sud-Ouest 

Nous avons hésité à partir à cause du mauvais temps et de la pluie qui était prévue en abondance mais l'envie de changer d'horizon a été la plus forte. Nous n'avons pas de destination précise mais nous allons vers le sud-ouest. Nous déciderons de notre circuit au fur et à mesure de nos visites.

Nous partons par le Cantal que nous aimons beaucoup mais la neige se met à tomber en abondance à partir du début d'après-midi ! Mauvaise idée ! Cela ne gêne pas le chauffeur même si elle tient sur la route. Après la neige le soleil fait son apparition et nous avons le plaisir d'un bel arc-en-ciel.



Nos roues nous emmènent à ROCAMADOUR, que nous connaissons bien. Nous bivouaquons sur le parking du château en haut de la cité. Nous sommes prêts pour la visite du Sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour et de la cité médiévale. Il n'y a pas beaucoup d'animation ce matin mais la saison va commencer le mois prochain... Les affichettes de demande de personnel fleurissent sur les vitrines des commerçants.

 


Nous rejoignons la vallée du Célé avec ses beaux villages pittoresques. L'accès à ESPAGNAC STE EULALIE est difficile et interdit aux ccars - les rues sont très étroites et une barre de hauteur nous interdit le parking. La pluie nous décourage d'utiliser un parking éloigné du village et une photo nous rappellera ce lieu.



Il a beaucoup plu ces derniers jours et le Célé sort de son lit à de nombreux endroits. Les cascades sont magnifiques et l'eau jaillit avec force.



Les bivouacs sont faciles en cette saison et les municipalités de tous ces petits villages proposent une aire ou un parking. Inutile de dire que nous ne sommes pas nombreux mais c'est très bien ainsi.
Nous traversons CAHORS sans nous y arrêter, nous y sommes passés deux fois recemment. Mais un arrêt s'impose dans une cave pour goûter et acheter du Malbec, vin que nous avions apprécié en Argentine. Il est toujours aussi bon !
La cité médiévale de PUY LEVEQUE mérite un détour et l'accueil à l'office de tourisme est chaleureux. Nous visitons l'église Saint-Sauveur dans le haut du village puis nous parcourons les petites rues des quartiers anciens. Encore un beau village de cette vallée du Lot.





La jeune dame de l'office de tourisme nous a conseillé de voir la crypte de l'église de DURAVEL en demandant la clé au buraliste. C'est chose faite et nous voila dans cette belle église bien restaurée et dans sa magnifique crypte.




Le village de PENNE D'AGENAIS est réputé pour son quartier médiéval et pour ses artisans. Le centre médiéval est très pittoresque jusqu'à la basilique Notre-Dame de Peyragude. Pour les artisans il faudra attendre encore quelques semaines...




Nous sommes entre les rivières Lot et Garonne et les paysages ne sont pas remarquables à part des étendues de pommiers en fleurs qui couvrent des hectares et qui nous embaument. Les mimosas sont aussi en fleurs et ce sont des bouquets géants de milliers de pompons jaunes.



L'abbaye Saint-Pierre à MOISSAC est remarquable par ses dimensions et la finesse de sa sculpture romane et aussi parce qu'elle est très ancienne et que son cloître a été achevé en 1 100. Les 76 chapiteaux représentent l'Ancien, le Nouveau Testament et la vie des martyrs. Ils sont ornés sur les 4 faces.


               

De la salle haute du clocher on a une vue dominante sur l'intérieur de l'abbatiale à travers les tuyaux de l'orgue qui date du XI° siècle, intégralement peinte. Le portail a été bâti au milieu de XII° siècle. Son tympan illustre un passage de l'Apocalypse. Le Christ est entouré de 24 vieillards musiciens. Les bas-côtés présentent des figures illustrant les vices, les scènes de l'enfance du Christ, une belle Annonciation et une Fuite en Egypte.



A MONTECH, entre MOISSAC et TOULOUSE, sur le canal de Garonne, la pente d’eau était un ascenseur à bateaux. Elle permettait de remplacer un groupe de 5 écluses successives et ainsi de gagner un temps précieux de navigation.
C'est une réalisation originale conçue par l’ingénieur Aubert, elle fut
mise en service en 1974 et arrêtée en 2009.
Son fonctionnement peut ressembler à celui d’un plan incliné fluvial utilisant un bac. Une machinerie, nommée bouclier-moteur, montée sur pneumatiques, enjambait la rigole où venait se positionner le bateau.
De part et d’autre de la rigole, deux « michelines » ou automotrices diesel-électrique adaptées n’avait plus qu’à tracter le navire une fois que le bac était en eau.



A gauche, schéma de la pente et à droite les 2 michelines encadrent la péniche.

A droite le "poussoir" entre les 2 michelines et à gauche le même vu de plus loin.

A droite le canal vu du haut de la pente et à droite le canal  vu du bas de la pente !
L'étape de Toulouse permet de visiter la "Cité de l'Espace". C'est un centre de culture scientifique orienté vers l'espace et la conquête spatiale, consacré autant à l'astronomie qu'à l'astronautique et inauguré en juin 1997.
La Cité de l'espace permet de découvrir la réplique grandeur nature de la fusée Ariane 5, du vaisseau Soyouz et de la station spatiale Mir avec tous ses équipements.
Elle est également dotée de nombreuses expositions, souvent interactives, d'un planétarium de 280 places, doté d'un écran hémisphérique
et d'une salle de cinéma IMAX.
La visite nous laisse très mitigés, beaucoup de matériels ne fonctionnent pas et l'ensemble, mis à part le bâtiment des expositions, aurait besoin d'un bon rafraîchissement. Bernard qui est passionné par tout ce monde de l'espace est déçu.





Nous restons à Toulouse, nous bivouaquons sur le parking proche de la Cité de l'Espace et nous allons passer la journée en ville en prenant le bus puis le métro.
Nous sommes avertis de manifestations en ville et une mamie toulousaine très aimable nous met en garde pour le retour. C'est la commémoration de l'assassinat de mars 2012 des enfants juifs et de leur père par un terroriste islamiste. On attend E. Macron et son épouse, le chef d'état israélien et son épouse.
Les CRS et les gendarmes sont très nombreux en ville et me font les gros yeux quand je veux traverser en dehors du passage piétons !
Bernard succombe à son envie de cassoulet... Nous déambulons dans le centre ancien et c'est une bonne journée !

Nous apprendrons plus tard que le visite des couples présidentiels est pour le lendemain.



FOIX est notre étape suivante.



Nous prenons la route des Crêtes entre FOIX et LUZENAC. La belle église romane de UNAC possède un clocher avec 3 étages de baies romanes jumelées.



Nous montons sur la Principauté d'Andorre. Le temps est très ensoleillé et la route monte assez rapidement après AX-LES-TERMES. Nous atteignons 2 400 m. au Pas de la Case. Les montagne pyrénéennes sont couvertes de neige et cela fait le bonheur des skieurs.





Notre repassons la frontière espagnole puis la "frontière" française. Pour la première il y a un contrôle policier et un contrôle douanier mais pour la deuxième il n'y a même pas un bâtiment au bord de la route !
Visite d'une petite abbaye avant d'arriver à CARCASSONNE. Elle est hors des routes de grand passage mais mérite vraiment un arrêt.




Pas d'arrêt à CARCASSONNE mais une belle vue sur les tours au loin.



Et pour finir la journée nous bivouaquons à ALBI.




Nous rentrons par l'AUBRAC, une région que nous affectionnons... Un arrêt dans un bon petit resto à SAINT-FLOUR nous console de la fin de cette petite aventure pyrénéenne.
Le niveau du barrage de GRANDVAL a baissé mais il est encore très impressionnant.



Le viaduc de GARABIT est magnifique vu de la route nationale.


Et c'est la fin de cette petite escapade... avant la prochaine !