retour à l'accueil

IRAN du 20 avril au 20 mai


Dimanche 19 avril : 228 km – 7 723 km / NEYRIZ
Nuit tranquille, nos voisins sont levés. On se salue comme de vieilles connaissances pendant qu’ils déjeunent sur leur tapis en déployant un camping-gaz, des couvertures, des casseroles, …
Un tour dans le quartier des boutiques et une petite connexion internet chez un architecte, puis une très bonne connexion dans le superbe hôtel à côté du parc, mais malheureusement sans l’ordi ! dommage on avait même eu droit à une carte avec un code perso – quand ce n’est pas le moment …
On reprend la route en direction de Kerman. Le gasoil a été difficile à trouver, les pompes sont surtout utilisées par les camions et elles sont en dehors des villes, mais on fait le plein pour moins de 9€ !
On longe un lac d’eau saumâtre – des montagnes de sel le bordent. Puis des carrières de marbre immenses sont en pleine activité.
perse2   perse1
Le contraste est frappant entre les cultures de céréales très vertes dominées par des montagnes arides et pelées. On traverse une zone de culture d’oliviers (?), puis des kilomètres de figuiers. Au milieu de ces arbres des petites cabanes doivent abriter les cueilleurs.
perse3   perse4
Après un col à près de 1000 m la route domine une vallée au relief lunaire où nous allons descendre. C’est grandiose.
Notre bivouac se fera dans une petite ville où nous sommes sans doute le premier Ccar à stationner.

Lundi 20 avril : 362 km – 8 085 km / KERMAN
Très bonne nuit dans ce village, pas de bruit, même pas un moteur de mobylette après 23 h.
Journée étape aujourd’hui pour aller à Kerman. Le paysage est assez monotone. Nous montons jusqu’à 2650 m. ce qui permet d’avoir des températures ne dépassant pas 28° dans cette région désertique.
Les routes en travaux et donc interdites à la circulation sont semées de pierres pour dissuader les contrevenants.
Nous croisons un convoi de transport de turbines – la remorque à 14 trains de 8 pneus soit 112 roues !perse5   perse6
perse7   perse8
Arrivés à Kerman en milieu d’après-midi nous avons le temps de faire une pause : mise à jour du blog, étude du circuit pour les jours à venir, petites bricoles par ci, par là …
Le patron de l’hôtel est très accueillant, il nous héberge pour 3€ la nuit avec une bonne connexion wifi.
Nous profiterons du confort du resto le soir et partagerons la table avec des français et des suédois.

Mardi 21 avril : KERMAN
Aujourd’hui nous visitons Kerman.
Tous les points intéressants se trouvent dans et autour du bazar :
Nous arrivons par le complexe Gandali Khan reconnaissable aux dinandiers dont les boutiques longent une cour intérieure.
perse9   perse13perse15   perse14
Le hammam est transformé en musée ethnologique avec des scènes qui reproduisent les activités d’antan.
perse11   perse10
Dans le désordre nous avons visité : le complexe Vakil dont le hammam est maintenant maison de thé et restaurant où nous avons pris notre repas de midi – le complexe Ebrahim Khan, où seul Bernard a pu rentrer dans la mosquée parce que je n’avais pas le voile islamique. Mais j’ai pu entrer dans la mosquée du Vendredi.
perseb1   perseb2

perse12   perse16perse17   perse20perse23   perse24
Il est un peu difficile de s’y retrouver dans tous ces sites que nous trouvons mal signalés.
Nous avons bien parcouru le bazar dans tous les sens. Il a des allées assez larges et un beau plafond.

Mercredi 22 avril : 360 km – 8 445 km / RAYEN
Direction Shahdad et les « kanuts ». Nous faisons un détour de 250 km aller-retour pour aller voir ces châteaux de sable qui ont été sculptés par l’érosion. C’est surprenant au milieu du désert, ils sont immenses et ce serait un bon endroit de bivouac pour le spectacle magique au coucher du soleil.
De 2800 m. où il faisait 25°, nous sommes descendus à 300 m. et il fait 38° - ouf, que calor !
perseb4   perse25
perse26   perseb3
perse27   perse28
Près d’un groupe de maison un système pour puiser l’eau paraît très rustique.
Mais nous allons sur Rayen et resterons au-dessus de 2000 m. donc à une température agréable.
Depuis la destruction de la forteresse en pisé de Bam par un tremblement de terre en 2003, c’est celle de Rayen qui est visitée. Elle a été fondée à l’époque sassanide mais reconstruite sous les Qajars. Elle semble être en rénovation …
perse29   perseb17
perseb18   perseb19

Au rond-point de cette petite ville il y a une statue d’un alpiniste – c’est vrai qu’il y a encore de la neige sur les montagnes alentours.
L’entrée de la mosquée est très belle et bien conservée, mais c’est tout ce qu’il en reste. Passée la porte c’est un terrain vague.
perseb5   perse30

Nous trouvons un bon point de bivouac vers la citadelle.
Dans toutes les villes et sur les routes on peut voir un nombre impressionnant de portraits de jeunes hommes quelquefois accompagnés de portraits de mollahs – la nation rend hommage à ses combattants de la guerre Iran-Irak.
perseb6 perseb7 perseb8

Jeudi 23 avril : 407 km – 8 852 km / ZEYN-OD-DIN
Nuit très tranquille et départ pour Mahan.
Nous visitons le mausolée de Shah Nematollah – fondateur de la plus importante confrérie soufie de l’Iran. Très bel ensemble de jardins, minarets, belles salles couvertes de coupoles. Dans une petite pièce richement ornées de peintures le saint restait enfermé 40 jours lors de sa retraite annuelle.
perse31   perseb9
perse32   perseb10
perse33   perseb11
Ensuite balade dans les jardins du Prince qui sont clos de murs et divisés par un canal central. Des cascades tombent d’un bassin à l’autre et des jets d’eau apportent une fraîcheur bienvenue.
perse35   perseb12
perse37   perse38
Nous roulons dans la chaleur et la poussière et seules des étendues impressionnantes de champs de pistachiers mettent une touche de verdure dans ce paysage.
Une longue route dans le désert nous amène jusqu’au caravansérail de Zin-Od-Din. Nous sommes bien accueillis par le patron des lieux. Bernard a trouvé des compagnons de causette qui passent un moment dans le Ccar – le plus jeune parle anglais et sert d’interprète au plus âgé. Ils ont la tenue afghane et dans cette région c’est une chose assez courante.
perseb15   perseb20
Nous prendrons notre repas du soir au caravansérail où de nombreux touristes font étape – repas délicieux – la soirée se terminera par la danse des bâtons – danse du Balouchistan.
perseb21   perse39

Vendredi 24 avril : 83 km – 8 935 km / YAZD
Nous avons peu de km pour arriver à Yazd. Dernières photos de ce magnifique caravansérail et dernière visite avant de partir. perseb22   perse40
Nous allons bivouaquer devant le Silk Road Hotel. Le parking est en plein soleil et dans l’après-midi le thermomètre montera jusqu’à 37° dans le camion. On ne bouge pas et on bouquine, d’autant plus que nous sommes vendredi et qu’ici c’est le week-end, donc peu d’activités.
On ira malgré tout faire un tour en ville avant le repas. On croise des touristes français qui nous posent beaucoup de questions sur notre voyage jusqu’en Iran et sur nos conditions de circulation (dangereuses !) et nos possibilités de bivouac. La réponse est toujours que l’Iran est un pays facile à visiter pour des camping-caristes. On fera également un tour en ville après le repas. Dans le parc des jeunes gens vont découper un gros gâteau pour fêter l’anniversaire de l’un d’eux et nous invitent à le partager.
perse42   perse41perse43   perse44

Samedi 25 avril : YAZD
Visite de la ville de Yazd aujourd’hui.
Nous allons d’abord aux tours du silence. Ce sont 2 tours cylindriques dans lesquelles les zoroastriens déposaient leurs morts pour ne souiller ni la terre, ni le feu, ni l’eau. Les corps étaient la proie des rapaces et les restes d’os étaient jetés dans la cavité centrale. Au pied de ces tours on trouve un complexe funéraire et un nouveau cimetière zoroastrien. Le rite du décharnement est interdit en Iran depuis les années 1960.
perse45   perse47perse46   perse48perse49   perse50
Sur le retour nous nous arrêtons dans une maison du henné. Les feuilles sèches sont broyées par une roue qui tourne comme une noria. Le henné est ensuite tamisé et mis en sachet pour la vente.
perseb23   perseb24
Après le repas nous faisons un tour dans le quartier zoroastrien avant de visiter le temple du feu. La façade est décorée du symbole du zoroastrisme : Farvahar, émanation d’Ahura Mazda. Le feu déposé ici brûle depuis l’an 470.
perse52   perse54

vidéo
Nous assistons à une séance d’entraînement à la maison de force ou zurkhaneh. Les hommes s’échauffent un long moment puis manipulent des massues en bois d’un poids respectable – spectacle plus touristique que lors de notre visite en 2009. Tout près se trouve le tekkiyeh – longue façade sur 3 niveaux et 2 minarets - qui sert de décor aux commémorations annuelles de la mort de l’imam Hossein.
perse53   perse55
En fin de journée visite de la mosquée Jameh dont le portail est haut de 57 m. La salle est couverte de belles faïences de l’époque mongole. Balade dans le quartier de Fahadan ou quartier musulman : mausolée des 12 imams, prison d’Alexandre, tours du vent (qui servaient de climatiseur), citernes d’eau désaffectées.
perse56   perse57
Après cette bonne journée avec Mazdak, nous rentrons à « la maison ».

Dimanche 26 avril : 200 km – 9 135 km /ARDAKAN
Nous quittons Yazd ce matin après la visite d’une tour des vents dans le parc D owlat Abad. Elle fait partie d’un ensemble qui comporte entre autres une école de garçons. On comprend bien le système de circulation et de rafraîchissement d’air qui servait de climatisation.
perseb25   perseb26perse58   perseb27
Direction les villages zoroastriens : au passage nous voyons une citerne avec ses tours du vent qui servaient ici à rafraîchir l’eau.
perse59   perse60
A Cham une tour du silence (décharnement des morts) et un village funéraire qui, bien qu’en ruines, donnent une bonne idée du site.
A Meybod, le caravansérail, le relais de poste et la citerne ont été rénovés et ont fière allure. Nous déjeunons dans le caravansérail, salle tout en longueur et cour avec une fontaine au centre – l’eau venait des qanats ou canalisations amenant l’eau du pied de la montagne jusqu’à la ville. La glacière, grand bâtiment surmonté d’un dôme permettait de garder la glace de l‘hiver jusqu’en été. Un pigeonnier immense pouvait accueillir 4000 pensionnaires !
Une petite route nous amène à ChakChak qui est un lieu de pèlerinage zoroastrien. Un grand rassemblement annuel réunit la communauté iranienne, indienne et pakistanaise. Mazdak, Serge, Gérard, Bernard et le gardien sont rigolos avec leur couvre-chef ! et les iraniennes toujours souriantes !
perse61   perse62perseb28   perseb29
perse64   perse63
Arrivés à Ardakan, Mazdak tente le bivouac au parc central … la police intervient rapidement et nous escorte dans la cour de la mosquée où nous serons parfaitement au calme … malgré de nombreux curieux.

Lundi 27 avril : 280 km – 9415 km / ISPAHAN
Très bonne nuit devant la mosquée. Ce matin nous avons de l’aide pour faire le plein d’eau et un charmant iranien arrive avec un plateau pour nous offrir le thé – belle leçon d’accueil !
Nous roulons jusqu’à Na’in où nous visitons la mosquée Jameh (mosquée du Vendredi) – une des plus anciennes d’Iran. La brique est l’élément principal de la construction – elle décore les murs, les arcades et le minaret. Le mihrab est orné de reliefs en stuc et le minbar est en bois très ouvragé. Une salle d’hiver souterraine est éclairée par les dalles du plafond. On se balade dans les alentours mais de nombreuses maisons sont en ruines.
perseb30   perseb31
perse66   perse65
perse67   perse68perse69   perseb32
De là nous allons à Mohammadiyeh tout proche pour voir un tisserand – il tisse des toges en poils de chameau portées par les mollahs et aussi des tapis. Beaucoup de citernes dans cette région avec souvent des tours du vent.
perse70   perseb33
Nous serons à Ispahan en fin d’après-midi. Il est difficile de trouver un parking proche du centre-ville. Après négociations nous allons sur le parking de l’hôtel Abbasi 5* - ancien caravansérail, c’est un établissement magnifique avec un jardin aux arbres, plantes et fleurs superbes et des bassins avec jets d’eau. Le parking est nettement plus modeste mais proche de la place de l’imam Khomeiny.

Mardi 28 avril : ISPAHAN
La matinée est consacrée à la prolongation du visa. Nous allons au service de l’immigration et au bout de 3 heures de démarches et d’attente nous avons une rallonge de 30 jours.
perseb34   perse71perseb35   perseb36
Après-midi nous visitons le palais d’Ali Qapu, palais de Shah Abbas 1er, édifié en 1610. Il possède plusieurs niveaux dont le dernier est occupé par la salle de musique. Ses voûtes en sont richement doublées de panneaux de stuc aux formes de flacons, d’aiguières, … c’est une salle surprenante par l’originalité de sa conception.
La mosquée de Sheikh Lotfollah était réservée à l’usage du shah et de sa famille. Elle n’a ni cour ni minaret mais une superbe coupole décorée de motifs très complexes de faïences émaillées.
La mosquée de l’imam est dédiée au 12ème imam ou imam caché. Le portail à stalactites est lui aussi décoré de mosaïques de faïences – la cour à 4 iwans (ou porches) est caractéristique de l’art persan. Ce monument est magnifique, ce qualificatif va être souvent employé à Ispahan !
perse72   perse74
perseb37   perseb38           
Le palais Chehel Sotun ou palais des Quarante-Colonnes s’ouvre par une terrasse portée par 20 piliers en façade et 20 piliers à l’arrière du bâtiment, un bassin et un plafond en marquèterie et en miroirs. La salle est décorée de fresques de style miniature et de grandes fresques relatant les combats du roi. 
perseb39   perse75  
perse76   perseb40
perse77   perseb41
En fin de journée nous allons vers le pont Si-O-Seh très fréquenté et éclairé à la nuit tombée.
Nous savions que nous allions croiser la petite famille « un tour à cinq » et c’est ici, à Ispahan que la rencontre a lieu. Nous avons peu de temps pour parler de beaucoup de choses. Il est tard et ils partent demain pour Yazd. Ils sont en pleine forme autant les grands que les 3 petits. Nous les suivrons avec encore plus d’intérêt sur leur route vagabonde.
perse78   perse79
Mercredi 29 avril : ISPAHAN
La première visite est pour la mosquée du Vendredi – toujours très importante pour les musulmans.
Cette mosquée plus sobre que la mosquée de l’Imam est une chef d’oeuvre de l’architecture sacrée iranienne. Le premier bâtiment date de la fin du 8ème siècle. Il a subi de nombreuses modifications et ajouts jusqu’au 12ème siècle, date à laquelle l’ensemble a été reconstruit suite à un incendie. Les différentes salles sont organisées autour d’une magnifique cour à 4 iwans. Le mihrab de l’arcade ouest et le pavillon Gonbad-E Khaki sont les merveilles de cette mosquée. Un guide en parlera mieux que moi !
perseb42    perse81perseb43   perseb44
perse80   perseb45
Un petit tour dans le quartier juif pour voir qu’il n’y a plus grand ’chose à voir, sauf des chantiers de rénovation et des ruines et nous traversons le bazar jusqu’à la place de l’Imam.
perse82   perse83 perseb46   perse84
Un taxi nous emmène à la cathédrale de Vank dans le quartier de Jolfa – cathédrale édifiée par des arméniens qui ont fui le péril ottoman en 1606, déjà.
L’église de Bethléem est une réplique de la cathédrale. Nous y croisons un groupe de jeunes iraniennes et il faut se prêter au jeu des photos, chacune son tour …
perse85   perse86
Après un arrêt au Ccar nous trouvons un bon coffee-net et je peux mettre le blog à jour.
Nous allons au pont Pol-e Khaju, différent du Si-o-Seh Pol et plus imposant. L’eau s’échappe à gros bouillons de ses arches et les iraniens viennent se rafraîchir près de l’eau. Il est illuminé le soir et très photogénique.
perseb47   perseb48
perse87   perse88
On passe réserver un parking pour demain et peut-être plus. Finie la vie de palace !

Jeudi 30 avril : ISPAHAN
Nous retournons vers le bazar ce matin. Nous allons dans le quartier des artisans qui fabriquent les objets vendus dans les boutiques autour de la place de l’Imam – c’est très intéressant de voir le dinandier ou les jeunes femmes qui peignent les objets sur cuivre comme on a pu voir hier le fabricant de sucres (aux multiples parfums) – ce ne sont que quelques exemples de ce qui se fabrique à Ispahan.
perse052   perse050
La chaleur de l’après-midi nous fait choisir le salon de l’hôtel Abbasi où nous avons bivouaqué – très bon moment à déguster une glace dans ce magnifique caravansérail. Nous baladons dans la grande avenue qui descend jusqu’au pont Si-o-Seh.
perse051   perse89
perse90   perse91
Grande discussion ce matin avec nos voisins Ccaristes espagnols – elle parle assez bien français et elle est pleine d’humour !

Vendredi 1er mai : 276 km – 9 693 km / ABIANEH
Départ d’ispahan par le cimetière des martyrs appelé « jardin de roses des martyrs » où sont inhumées et honorées les victimes de la guerre Iran-Irak (100 000 morts à Ispahan). C’est très impressionnant et touchant de voir toutes ces photos de garçons aussi jeunes.
perse94   perse93perse92   perse95
Arrêt en cours de route pour voir un magnifique pigeonnier assez bien conservé.
perse96   perseb53
Route pour Ardestan pour voir la mosquée Jameh – une des toutes premières conçues suivant un plan iranien. C’est l’anniversaire de l’Imam Ali et des cérémonies ont lieu pendant 3 jours mais nous pouvons quand même visiter la mosquée – des femmes nous offrent des pâtisseries et des bonbons.
perse98   perseb56   
perseb55   perseb54
Petit crochet par Zavareh mais la mosquée est fermée. La température monte à 38° et c’est étouffant ! Nous irons directement à Abianeh pour tomber sur un flot de voitures et de personnes qui profitent du long week-end pour visiter leur pays – pas de manifestation du 1er mai en Iran ? Les habitants d’Abianeh ont gardé leur dialecte et leur costume : les hommes portent un large pantalon noir et les femmes des tuniques bariolées sur des jupes noires et un foulard fleuri. Ce changement de décor et la fraîcheur de ce village à 2300 m. nous redonnent de l’énergie.

Samedi 2 mai : 112 km – 9 805 km / KASHAN
Petit tour dans Abyaneh avec des rues plus calmes. Les mamies reprennent leur place pour vendre des abricots secs (séchés ici sur les toits des maisons) et diverses bricoles. Nous marchons sur le toit du hammam – les cheminées ouvertes servent de poubelle.
perse100   perseb60
perseb58   perseb59
Petit trajet jusqu’à Kashan, la ville des roses de Damas et de l’eau de roses.
 perseb61   perse102

Le parking près des jardins de Fin est archiplein et les rues tout autour interdites à la circulation. Nous allons jusqu’à l’hôtel Negarestan où nous devons bivouaquer. Nous irons déjeuner dans leur restaurant et resterons un bon moment à profiter de la clim.
Les jardins de Fin sont irrigués par une source et de nombreux canaux le traversent. Les enfants s’amusent dans l’eau et des adultes font tremper leurs pieds. C’est un lieu de détente en famille, comme souvent en Iran, et c’est très agréable.
 perseb62   perse103
 perseb63   perse104
 perseb64   perse105
En arrivant à l’hôtel nous croisons une mariée qui s’engouffre dans l’entrée et que je n’ai pas le temps de voir ! Dommage.

Ce soir il fait encore très chaud malgré un vent parfois violent.
Dimanche 3 mai : KASHAN
Kashan est une oasis qui a gardé ses quartiers anciens avec les magnifiques demeures de riches marchands.
- Maison Ameri : transformée en hôtel – le manager nous accompagne sur les toits
perseb65   perseb66
- Maison Borujerdi : élégantes sculptures en stuc
perse106   perse109
- Hammam Sultan Amir Ahmad : magnifique édifice qajar et balade sur les toits
et une glacière au toit en pain de sucre
perseb67   perse108
perseb68   perse069            
– Maison Tabataba’i : la plus imposante et la plus richement décorée – Maison Abbassian : agencée sur 2 niveaux, elle comporte un resto typique où nous dégusterons un dizi (plat iranien, servi dans un pot en terre et dont on écrase les légumes avec un pilon en acier).
perseb70   perseb71
Après-midi dans le bazar qui possède de magnifiques sérails – celui d’Amin od-Dowleh est coiffé d’une voûte à stalactites décorée d’émail bleu. Pas beaucoup d’animation en cette fin d’après-midi.

Lundi 4 mai : 155 km – 9 960 km / QOM
Cette journée s’annonçait « normale » mais il faudrait beaucoup de place pour tout écrire. Je vais essayer de faire un résumé !
Ce matin nous sommes allés tout d’abord à Nush Abâd, cité souterraine à 7 km de Kashan, qui fut utilisée comme refuge contre les attaques – 3 étages de pièces et de galeries reliées par des puits.
perse110   perse111
perse112   perse113  
Le boulanger du coin nous fait garer devant son échoppe et nous offre 2 pains (galettes rondes et plates qui sont cuites dans un four comme le tandori en Inde).
Bernard a fait remplir la bouteille de gaz. Il a fallu emporter la bouteille pour adapter un système de remplissage et ensuite le plein a duré une demi-heure environ. Trop sympa le commerçant ne voulait pas être payé et nous a donné les adaptateurs. Mais tout travail mérite salaire.
Arrivés à Qom il faisait très chaud (36°) et nous avons attendu pour aller au mausolée de Fatima.
Et l’aventure commence. Tout d’abord on rentre chacun de son côté. Je suis avec un foulard mais il faut le tchador et ces dames n’en ont pas. Téléphone et l’une d’elles part avec moi à une autre porte d’entrée. J’ai droit à mon foulard + le tchador que je dois tenir d’une main serré sous mon cou et de l’autre main bien fermé autour de moi. Elle me trouve « beautiful », elle ne manque pas d’humour. Est-ce que j’ai un mari ? Où est-il ? Je réponds oui et à l’intérieur. Elle hésite et me colle avec un groupe. Les françaises veulent bien de moi mais je refuse, je préfère rester seule. Alors il me faut un guide. Dans un bureau elle me trouve un charmant jeune iranien qui me fera faire la visite au pas de course. Je suis autorisée à prendre des photos, oui mais avec quelle main ? A un moment un gardien avec un plumeau vert nous arrête : je ne suis pas assez bien empaquetée, quelques cheveux dépassent. Il faut aussi que je décrive mon mari parce qu’ils vont le chercher … aïe la condition de la femme en Iran … Je croise le groupe de françaises qui demandent si j’ai trouvé mon conjoint. Je réponds non mais que j’ai un jeune guide et que je n’ai pas perdu au change ! Retour à la sortie et je dois attendre … mon mari ? Des femmes rentrent et la gardienne tend un mouchoir à l’une d’elles, c’est pour enlever son maquillage !
On se retrouve enfin dehors avec Bernard. Pour lui pas de souci de vêtement mais il est rentré dans toutes les salles et il a fait des photos de femmes en prière. Il est entré également dans la chambre funéraire de Fatima, entrée strictement interdite aux non musulmans. L’homme au plumeau vert l’a emmené dans un bureau, il lui a passé quelqu’un au téléphone qui lui a demandé en anglais où était sa femme ! Et enfin on lui a dit que je l’attendais à l’extérieur. Reformer les couples semble être la priorité.
Pendant qu’on se raconte nos aventures on entend de la musique.
Un cortège prend forme au fond de la place. C’est l’anniversaire d’Ali, le gendre du prophète Mahomet et le mari de Fatima.
Un immense drapeau blanc ornée de caractères rouges est déployé en tête, suivi par des tambours, des drapeaux noirs portés par de jeunes garçons, des trompettes, encore des tambours, des dromadaires couverts d’ornements, un cercueil (représentant probablement celui d’Ali), des hommes en noir qui se frappent la poitrine puis la tête, un homme sur une camionnette qui harangue la foule, et les porteurs d’énormes bannières en métal (voir photo car difficile à décrire). A un moment le cortège s’arrête, les hommes s’accroupissent autour du cercueil, l’orateur devient mélodramatique et de nombreuses personnes pleurent. Le cortège s’engouffre enfin dans l’enceinte du mausolée.
Ouf ! Quelle journée !
perseb72   perseb73
perse114   perse115
perseb74   perseb75
perse118   perseb76
perse119   perse120perse121   perse122perse123   perse124

Mardi 5 mai : 130 km – 10 090 km / TEHERAN
Nous quittons Qom, ville des mollahs de toutes les couleurs : blancs, beiges, gris, marrons avec des turbans de toutes les couleurs aussi et parfois un mollah en blanc avec une femme en noir !
Pour visiter Téhéran nous stationnons au mausolée de l’Imam Khomeiny – une ligne de métro nous emmène au centre-ville.
perseb79   perseb80
Nous visitons le palais du Golestan qui fut la résidence des rois qajars et dont la décoration tourne autour des fleurs et des paysages. Un trône en marbre occupe une tribune d’or et d’argent dans laquelle le shah recevait ses visiteurs. Le pavillon des miroirs, le musée de la photographie, … rendent cette visite très agréable. Le vase bleu pris en photo est un vase à larmes : quand le mari partait, la femme pleurait dedans et le lui présentait (sans doute bien plein !) à son retour.
perseb81   perse125
perseb82  perse126
                     perseb83                         perse127
             


Le musée des Joyaux de la Couronne renferme les trésors accumulés au fil des dynasties : il déborde de diadèmes, de colliers, de bagues, de bracelets, de vaisselle et de fourreaux d’épées sertis de pierres précieuses, de diamants, de rubis, d’émeraudes, … qui sont aujourd’hui la garantie monétaire de l’Iran.
Le musée archéologique est très intéressant mais une grande partie des salles est fermée à la visite.
Le musée Abguineh est logé dans une ravissante demeure du 19ème siècle. Il abrite une collection de verreries extraordinairement bien présentée. C’est une expo moderne dans une demeure ancienne avec un magnifique escalier en bois.
perseb84    perse128
La pluie fait chuter la température et nous apprécions ce changement après la grosse chaleur de Qom.

Mercredi 6 mai : TEHERAN
Nous visitons le mausolée de l’Imam Khomeiny avant de partir pour Téhéran.
Les boutiques sont nombreuses et des travaux d’agrandissement en cours poussent l’entrée sur un des côtés. La salle du mausolée est immense mais ressemble plus à un hall de gare qu’à un lieu de recueillement … pas de tchador pour moi à la porte, ni à l’entrée, alors quand, dans la salle, une femme au plumeau jaune veut m’en imposer un, je résiste et je refuse ! Elle n’insiste pas.
perse129   perse130
perseb85   perseb86
C’est ensuite un long trajet en métro (plus d’1 heure) du sud au nord de Téhéran où nous allons au palais de Sa’d Abad.
perseb87   perseb88   perseb90   perseb89
Endroit très agréable, arboré et frais où les Pahlavis établissaient leurs quartiers d’été. On visite le palais de la Nation – pas grand-chose à voir à l’intérieur un peu rococo – mais à l’extérieur subsiste une paire de bottes, symbole de la royauté déchue. Elle chaussait avant la révolution une gigantesque statue du shah. Le pavillon vert est plus intime et les pièces sont décorées de mosaïques de miroir, de stucs et d’arabesques peintes. D’autres petites maisons sont dispersées dans ce grand parc.
perseb91   perseb92
perse131   perseb93 
Nous retournons au centre-ville avec le métro – ce moyen de transport nous plaît beaucoup : on voyage vite et pas cher (15 cts d’€ le ticket) et on profite du contact avec la population.
Un tour dans le bazar. Ce quartier est celui des tissus et l’effervescence est grande avec toutes ces carrioles tirées par des ouvriers qui transportent des rouleaux de tissu ou d’énormes cartons.
perse132   perse133
La place et le boulevard Khomeiny donnent le tournis tant à cause de la circulation démente que de la foule compacte.
Retour au métro pour aller à la tour Azadi qui est le symbole de Téhéran. Elle a été construite en 1971 pour célébrer le 2500ème anniversaire de la monarchie perse et rebaptisée ensuite « tour de la Liberté ».
                             perseb94
Et un dernier tour de métro pour rentrer à notre bivouac. On apprécie sa tranquillité avec pour voisins des familles qui ont posé leur tente dans le parc. Cette coutume iranienne vaut dans tout le pays : les tentes sont posées entre les voitures, sur les bas-côtés de la route, dans les cours des mosquées et bien sûr dans les parcs, de préférence le jeudi soir ou le vendredi.

Jeudi 7 mai : 353 km – 10 443 km / aire avant DAMGHAM
Ce matin nous devons retourner à Téhéran pour faire du change.

Le taux est meilleur dans les boutiques de change que dans les banques et nous ne savons pas s’il nous sera facile d’en trouver sur notre route.
Pour info, il faut descendre à la station Ferdowsi – ligne jaune – et là il n’y a que l’embarras du choix. Ma jeune voisine me montre un jeu sur sa tablette et Bernard discute avec son voisin, alors nous loupons notre station de métro – pas grave, hier le métro était tellement bondé que nous avons laissé passer 3 rames avant de nous décider à monter dedans. Les stations de métro sont bien décorées : peintures, mosaïques, sculptures, … Un iranien qui a fait des études de linguistique à Limoges et qui veut changer lui aussi fait un bout de chemin avec nous.
Les iraniens engagent facilement la conversation, ils parlent très souvent anglais et veulent nous aider dès qu’ils nous voient arrêtés ou hésitants. Ce sont des gens extrêmement cordiaux et serviables.
Nous partons enfin de Téhéran. Nous allons encore traverser le désert mais il n’a rien à voir avec celui que nous avons traversé pratiquement de Shiraz à Téhéran. C’était un désert de poussière et de chaleur sans paysage remarquable. C’est maintenant un désert bordé de montagnes aux couleurs changeantes et l’air est pur. Nous passons un col à 2000 m. et la température est supportable.
Le bivouac sera près d’une mosquée et de petites boutiques. Nous aurons eau chaude et eau froide et c’est bien pour faire tourner la machine à laver berbère : un seau marocain avec son couvercle.

Vendredi 8 mai : 475 km – 10 918 km / NEYSHABUR
Notre premier arrêt à Damgham ou Damqan est à la tour funéraire (Pir Alamdar). Elle a un fût cylindrique coiffé d’une coupole – belle inscription en écriture coufique. Le complexe voisin est fermé au public.
perseb98   perse135
perse134   perseb99
perse136   perseb100
Un iranien vient nous parler mais on ne comprend pas, alors il revient avec le panneau en métal qu’il a décroché sur le mur à la porte de la mosquée pour nous dire de venir la visiter. Bien joué !
A Bastam, le complexe de Bayazid est très vénéré. Ce mystique a vécu reclus à cet emplacement jusqu’à sa mort. Une mosquée, un iwan et un mausolée ainsi qu’une tour funéraire composent cet ensemble coiffé de belles coupoles turquoise. Les femmes sont habillées de façon très différente ici, des turkmènes ?
perseb101   perseb102
perse137   perseb103
On continue la route tranquillement puis on décide d’aller dormir vers un caravansérail. Renseignements pris il est ouvert toute l’année, alors on y va. Manque de chance on ne le trouvera même pas et on aura fait ce crochet pour rien ! Tant pis, le paysage est très différent dans cette région : montagnes et larges espaces cultivés et très verts.
Depuis Téhéran nous sommes sur une des routes de la soie et les caravansérails sont nombreux (du moins ce qu’il en reste). Il y en avait un tous les 30 km, distance parcourue quotidiennement, en moyenne, par une caravane.
Bivouac à Neyshabur dans un parc. Encore des visites de curieux … et un couple qui nous donne son adresse et son numéro de téléphone au cas où on aurait besoin de quelque chose. Des pique-niqueurs s’installent pile derrière le Ccar et quelques tentes sont posées sur les pelouses, mais juste pour le repas du soir.

Samedi 9 mai : 172 km – 11 090 km / MASHHAD
Excellente nuit dans ce parc. Ce matin le gardien arrose la pelouse et nous remplit le réservoir. C’est cool !
Sauf qu’il y a beaucoup de pression et qu’il se fait copieusement arroser quand il retire le tuyau du réservoir. Petits cadeaux pour se faire pardonner. Il revient changé de la tête aux pieds.
Visite du mausolée d’Attar : une école de filles est déjà là et c’est un plaisir de photographier ces petites miss habillées de rose. Attar était le maître de la poésie mystique. A côté repose le peintre qajar Kamal ol-Molk.
perse138   perse139
perseb95   perse140
perse141   perse142perse143   perse144
Tout près se trouve le mausolée d’Omar Khayyam, mathématicien, astronome mais également poète.
Au caravansérail de nombreux artisans tiennent une petite boutique. Chez un ébéniste, nous achetons une massue utilisée dans les maisons de force de Yazd, avec l’inscription « Ali » gravée dans le bois.
Balade en ville pour faire les courses habituelles : oeufs, tomates, melon, pain, … puis le plein de gasoil pour près de 8 euros !
A Mashhad nous bivouaquons près de l’aéroport. Nous y arrivons en début d’après-midi aussi nous n’irons visiter que demain. Alors : petite lessive, rangement, sieste et lecture …
perseb96   perseb97

Dimanche 10 mai : MASHHAD
Le gardien du parc appelle un taxi qui va nous déposer devant le mausolée de l’Imam Reza, le 8ème des 12 imams que compte l’islam chi’ite. Les parties les plus sacrées sont réservées aux musulmans et nous visiterons les autres parties de cet ensemble tentaculaire. Tout d’abord il faut attendre notre guide. Elle m’emballe dans un tchador bien fermé et fait un gros noeud sous mon menton. Elle me tend aussi une paire de chaussettes, les pieds nus c’est pas bien. Elle va passer près de 3 heures à nous faire visiter les cours du mausolée, le musée des tapis, le musée du coran, le musée des cadeaux. Dans l’avant dernière cour visitée des familles portant le cercueil de leur défunt sont en prière – un passage par ce lieu saint est bon pour l’au-delà. Dans la dernière cour la prière a commencé, les gardiens au plumeau font serrer les rangs sur les tapis amenés dans des remorques. Nous avons vu de beaux musées, de beaux bâtiments mais n’avons pas perçu la dimension sacrée de ce lieu puisque nous n’avons jamais pu nous approcher du tombeau de l’imam Reza. Nous étions très bien encadrés par une charmante jeune femme.
perse145   perseb104
perse146   perse147perse148   perse149
                      perseb105                         perse152perse151   perse153
Après le repas de midi nous nous baladons dans les rues et le bazar. Beaucoup de marchands de safran (spécialité de Mashhad), de sucreries aussi. L’animation est tout autour du mausolée. Plus loin la ville vit au ralenti.
La pluie nous ramène à notre bivouac.

Lundi 11 mai : 339 km – 11 429 km / ASHKHANEH
Arrêt en cours de route au mausolée de Ferdowsi, poète et auteur du « Livre des Rois ». Monument moderne mais là encore beaucoup d’enfants et d’étudiantes.
perse154   perse155perse156   perse157perseb106   perseb107
La route suit le Turkménistan à environ 50 km à vol d’oiseau. Le paysage change, les collines sont couvertes de cultures verdoyantes et ensuite de vignes. A un moment, des commerces de fruits secs se suivent au bord de la route. Il y a des quantités de récipients énormes remplis de noix, d’amandes, de raisins secs, … mais aussi de toute sorte d’épices.
De grands troupeaux de moutons squattent le long de la route. Les maisons sont misérables, en pisé ou en briques alors que la nature a l’air d’être si généreuse.
Nous passerons la nuit dans un camping. Et oui ! Un camping en Iran. Assez normal pour une population qui campe beaucoup. Merci Serge qui nous avait envoyé le point GPS. La photo vous dira la beauté du cadre.
perseb108   perseb109

Mardi 12 mai : 331 km – 11 760 km / BANDAR-E TORKAMAN
Excellente nuit dans cet environnement d’arbustes et de rosiers, malgré la proximité de la route.
La campagne est toujours très cultivée et très verte, beaucoup de céréales. Près des postes de police des voitures complétement défoncées sont exposées. Cet appel à la prudence est-il bien dissuasif quand on voit la façon de conduire des iraniens ?
Tout à coup une surprise : 2 laies et un petit groupe de marcassins sont au bord de la route. Les automobilistes leur donnent à manger.
perseb110   perseb111
Détour par Gonbad-e Kavus pour voir la tour funéraire en brique de terre cuite d’un souverain qui n’a laissé que cela comme trace de son règne. Elle est imposante avec ses 52 m. de hauteur mais manque d’élégance.
perse158   perseb112
C’est la saison des fraises vendues au bord de la route. Elles sont cultivées dans les vergers entre les arbres.
La température monte jusqu’à 30° puis redescend à 20° quand nous atteignons le bord de mer !
Le port de Bandar-e Torkaman garde l’embouchure de la plus vaste lagune de la Caspienne. Mais nous sommes très déçus en arrivant, le temps est gris, le parking ressemble à un chantier, une galerie de boutiques sans intérêt occupe des mètres carrés, c’est déprimant ! On voulait passer la journée de demain ici …

Mercredi 13 mai : 266 km – 12 026 km / NUR
Nous reprenons la route et traversons une région toujours très verte avec maintenant des rizières.
Arrêt à Beshahr où il subsiste trois jardins du complexe Baq-e Shahr que fit construire Shah Abbas 1er.
Il pleuviote et nous ne trouvons pas beaucoup de charme à ce lieu.
perse159   perse160
Nous voyons enfin la mer mais elle est souvent cachée par des immeubles. La construction est en plein essor sur cette côte très prisée des habitants de Téhéran. Un hôtelier sympa nous permet de nous brancher chez lui pour mettre ce blog à jour mais ce sera sans les photos qui sont trop longues à charger.
Nous passerons la nuit sur la plage de Nur. Pas de baigneurs et encore moins de baigneuses, il ne fait pas très chaud. Mais il y a beaucoup de monde sur ce morceau de boulevard de bord de mer et des petites échoppes de brochettes et autres.

Jeudi 14 mai : 292 km – 12 318 km / BANDAR-E ANZALI
Plus personne hier soir après minuit. La nuit a été très calme.
Tout petit tour sur la plage ce matin, l’eau est fraîche !
Et puis c’est la route qui longe la mer Caspienne sans jamais la voir … avec des bouchons en pagaille, notre vitesse moyenne est de 43 km/h … rien de bien passionnant. On pourrait être n’importe où ailleurs qu’en Iran. Quelques rizières aujourd’hui encore.
On trouve à l’entrée d’Anzali un panneau « camping », on prend la route et on arrive vraiment dans un camping : des tentes posées sur l’herbe ou des plateformes en béton et beaucoup d’iraniens. C’est le début du week-end. On est bien après cette journée sans intérêt.
J’ai oublié de dire que les orangers à profusion ici embaument l’air et nous apprécions.
Du coup le Ccar a eu la vedette !
perseb113   perseb114

Vendredi 15 mai : 235 km – 12 553 km / RUDBAR
Allées et venues de voitures cette nuit et ce matin, surprise ! Nous sommes cernés de tentes. C’est amusant de voir cette marée multicolore. Mais dès ce matin les iraniens plient leur tente. Ils vont peut-être à Masuleh … Nous y arrivons en fin de matinée et c’est bondé. Il y a une file de voitures ininterrompue quelques kilomètres avant d’arriver au péage d’entrée de village.
On a de la pluie, du soleil, de la grêle, du soleil puis le brouillard monte de la vallée. Alors on décide de visiter le village avant le mauvais temps. C’est un village en terrasse, étagé à flanc de montagne. Les rues sont sur le toit des maisons. Beaucoup de boutiques d’artisanat local … ou chinois, mais une petite boutique de céramique de qualité qui mérite d’être signalée.
perse161   perse166
perseb115   perse163
perse162   perse164perse165   perse167
Nous sommes à 900 m. et le temps se rafraichit aussi nous décidons de poursuivre notre route.
Notre étape sera à Rudbar, sur la route de Téhéran d’où nous rejoindrons Soltanyeh.
Nous sommes dans un parc qui est aussi un camping.

Samedi 16 mai : 467 km – 13 020 km / ARDABIL
Cette nuit de nombreux iraniens ont posé leur tente sous les kiosques prévus à cet effet et ce matin il y en a aussi sur la pelouse. Nous sommes encore surpris de cette façon très conviviale de voyager.
La route pour Soltanyeh suit tout d’abord un lac de barrage. C’est calme et magnifique.
Puis la route s’élève jusqu’à 2300 m. Des mamelons de tous les dégradés d’ocre forment les montagnes que nous traversons.
perseb116   perseb117perseb118   perseb119  
La région est le pays de l’olivier ce qui explique les boutiques vues hier tout le long de la route.
Avant d’arriver à Soltanyeh on voit le dôme de la mosquée funéraire d’Oljaïtu Khodabendeh. Ce prince l’avait fait construire pour recevoir les dépouilles des imams Ali et Hossein qu’il n’a pas pu obtenir. Il décida alors de garder ce sanctuaire pour sa propre dépouille, mais finalement en fit construire un plus modeste.
Ce monument imposant avec ses 8 minarets et sa coupole (24,5 m. de diamètre) culminant à près de 50 m. préfigure l’architecture du Taj Mahal. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il possède 3 étages de galeries magnifiquement décorées mais qui vont nécessiter de gros travaux de rénovation.
perse170   perse168
perseb120   perse169
Arrêt à Zanjan pour voir le lavoir transformé en musée, en excellent état et immense.
perseb121   perseb122
Nous voulons nous arrêter avant d’arriver au croisement pour Khalkhal, direction de demain pour redescendre sur la mer. Malheureusement la route ne traverse pas un seul village et nous devons aller jusqu’à Ardebil pour passer la nuit. Mais les paysages de montagne sont magnifiques.
Des sentinelles à poils et mesurant 30 cm environ montent la garde le long des routes !
Nous arrivons tard, la ville est très grande et nous trouvons une petite rue qui va au cimetière pour bivouaquer. Journée un peu longue.

Dimanche 17 mai : 225 km – 13 245 km / TABRIZ
Visite de la police au saut du lit. Nous sommes garés contre le poste de police, bien gardés cette nuit !
Visite des mausolées de Sheikh Safi et de Shah Ismail 1er à Ardebil. A l’origine il s’agissait d’un couvent de derviches. Aux mausolées sont accolées trois tours funéraires. Les salles sont très richement décorées. Dans une salle d’apparat couverte de niches en stuc doré était entreposée la collection de porcelaines chinoises de Shah Abbas 1er (1 162 pièces).
perseb123   perseb124
perse172    perseb125  perseb126    perse173perseb127   perseb129
Puis c’est la route pour Tabriz. Nous revoilà à notre ville de départ. Nous sommes « chez nous » dans ce parc. Nous avons du temps pour souffler et faire les petites corvées habituelles.
Un couple de jeunes néo-zélandais vient passer un moment avec nous. Ils ont atterri à Athènes et depuis voyagent à vélo, en ferry, en bus ou en taxi. Ils envisagent de traverser le Turkménistan, l’Ouzbékistan, etc …

Lundi 18 mai : TABRIZ
Journée cool !
Ce matin nous faisons un grand tour dans le bazar. Il est très ancien et a été décrit, entre autres, par Marco Polo. A midi nous optons pour la spécialité iranienne, le « dizi ». On vide d’abord le bouillon dans un bol puis ensuite les légumes que l’on écrase avec le pilon.
perse174   perseb130
perse175  perseb131
perse176   perseb132
perse177   perseb133
Nous passons une partie de l’après-midi au parc Elgoli. Au milieu d’un lac artificiel un pavillon de style safavide a été construit en 1970. C’est un bel espace de promenade.
                               perseb134

Hier, un message de Gérard nous apprenait que leur passage d’Iran en Turquie s’était bien passé.
Aujourd’hui nous avons un message de Serge qui nous décrit pas à pas la sortie d’Iran et l’entrée en Turquie.
Thérèse a dû abandonner le foulard sans regret.
Ont-ils bu l’apéro le soir ? après toutes ces journées à l’eau fraîche …

Mardi 19 mai : 300 km – 13 545 km / QARAH KELISA
Dernière étape avant notre passage en Turquie.
Direction le nord de l’Iran. Nous arrivons vers la frontière de l’Azerbaïdjan, à Jolfa.
Contrôle de l’armée : 5 militaires examinent nos passeports et nous posent de nombreuses questions sur notre séjour, notre circuit. Chaque fois que j’ai parlé de contrôle de passeport il s’agissait de celui de Bernard, aujourd’hui ils veulent voir le mien ! Ils s’excusent beaucoup et nous pouvons y aller. La route est très belle dans les montagnes mais le long d’un grillage qui marque la frontière.
Le monastère arménien de Saint Stephanos a été fondé au 10ème siècle mais souvent reconstruit ensuite.
perse179   perse180perseb135   perseb136
Nous rencontrons un couple de toulousains et nous sympathisons très vite. Ils sont en route vers la Chine. Nous leur donnons de nombreuses informations et partons avec leur adhésion à CCRSM.
Pas de prosélytisme, mais le plaisir d’accueillir parmi nous des « oiseaux rares ayant les mêmes plumes ».
Une longue route nous conduit au monastère de Saint Thaddée. Il a été fondé au 5ème siècle. Une église en pierre sombre a été construite d’abord puis une autre en pierre banche-jaune a été construite à côté. Les murs extérieurs sont admirablement sculptés. On retrouve le style des églises d’Arménie et de celle du lac de Van en Turquie.
perse181   perseb137perseb138   perseb139
On passera la nuit sur place, à 1860 m. d’altitude, au frais.

Mercredi 20 mai : 293 km – 13 838 km / lac de VAN
Excellente nuit au bout du monde – la route se termine là – pas un bruit et le monastère éclairé pour nous seuls !
A côté du monastère un petit village semble lui aussi au bout du monde.
Il y a des tas de bouses qui sèchent et petits et grands gardent les moutons. Ces deux univers semblent bien séparés et pourtant à quelques mètres seulement.
perseb140   perse182
perse183   perse184
La route est très belle jusqu’à Khoy, des pâturages à perte de vue et une grande sérénité.
Le passage de la frontière se fait en 1 h.30 sans grande difficulté et avec beaucoup de courtoisie tant du côté iranien que du côté turc. Serge nous avait parlé de la redevance gasoil qui tend à rétablir un peu d’équilibre entre le prix iranien et le prix turc. On a réussi à négocier 50 litres et le fonctionnaire a partagé : 30 l. pour monsieur et 20 l. pour madame … pourquoi ? Je ne sais pas, mais madame n’a pas payé la taxe …
Belle route jusqu’à Van. De ce côté aussi les troupeaux de moutons sont impressionnants par leur nombre et leur taille.
perseb141   perseb142perseb143   perseb144
Nous stationnons pour la nuit au super resto Sütçu au bord du lac.
Nos amis et compagnons de route, Serge Thérèse et Gérard, sont en avance sur nous et nous envoient leurs bons plans de bivouacs. Malheureusement nous allons prendre la route au sud de la Turquie alors qu’ils rentrent par le nord !

retour haut de page
retour à l'accueil