PATAGONIE chilienne, la CARRETERA AUSTRAL du 24 janvier au 11 février
retour à l'accueil
                                                      carte3
        
Mercredi 25 janvier : LAGO GREY : 115 km – 7 932 km
Nous renouons avec la routine : les pleins d'eau et de gas-oil et les vides. Puis les courses et une connexion internet à l'O.T. Nous reprenons la route de l'estancia de José et du Parque Torres del Paine. On connaît le chemin … Nous retrouvons José avec un grand plaisir, plaisir partagé. Nous lui racontons nos aventures depuis notre départ de chez lui et lui donnons quelques photos. Arrivés en France nous composerons un album photos de notre séjour à l'estancia que nous lui enverrons. On se quitte après de chaleureuses embrassades et la promesse de l'appeler en cas de besoin. Quelle chance de l'avoir rencontré ! Nous croisons les doigts à l'endroit de notre panne … Nous arrivons sans encombre au parking du Lago Grey. Achat de billets pour le catamaran de demain matin et nous partons pour le mirador Ferrier. Ilych assure la maintenance du catamaran qui promène les touristes jusqu'au glacier Grey. Pour cela il a un pick-up du site qui lui est attribué … et 350 km à avaler ! C'est dire que nous étions en de bonnes mains. Josette nous avait conseillé le mirador Ferrier en nous prévenant que c'était une rando difficile. Nous le confirmons, c'est une rando difficile. La montée (700 m.) est raide et accidentée sur un sentier très étroit. Arrivés au sommet le vent souffle avec violence et nous ne pouvons pas rester longtemps. On a beaucoup de peine à tenir debout. Mais c'est une belle rando et les vues sur les lacs à perte de vue, certains d'un incroyable bleu turquoise, le glacier Grey et les pics de Paine méritent bien cet effort. Bivouac sur le parking de l'hôtel Grey pour être prêt à partir pour la balade en catamaran demain.

                            car2

car3   car4
                                     car6
car5   car7

Jeudi 26 janvier : LAGO PEHOE : 42 km – 7 974 km
Prêts à 8 h. pour faire valider nos billets pour le catamaran. Incroyable, il fait 18 degrés et un beau soleil ! On va au parking du mirador Ferrier et de là on gagne la plage que nous longeons pour atteindre le bateau. Le vent est déjà très fort et nous bouscule. Le catamaran part à 9 h. et traverse le lac en direction du glacier. Après avoir enfilé les gilets de sauvetage nous montons sur le pont supérieur. Un premier bloc de glace nous émerveille, il est d'un bleu intense et à la forme d'une arche. Notre commandant de bord s'approche à moins de 50 m. du glacier pour notre plus grand bonheur. Deux langues de glace entourent un massif rocheux. Le spectacle est magique. Les pointes acérées sont bleutées et souvent veinées d'un bleu d'une impressionnante intensité, résultat d'une alchimie entre pression de l'air, densité de la glace et jeux de lumière. Mais à cause du réchauffement climatique, ce glacier recule de 150 m. par an. L'équipage pêche des blocs de glace qui seront cassés pour rafraîchir le « pisco sour » offert. Très bonne balade et spectacle époustouflant. On s'arrête en bordure du lago Toro pour casser la croûte, lac d'un bleu turquoise magnifique. Nous apprécions le bonheur d'être là après ces longues journées de galère. Nous passons d'un lac à un autre et toujours ce bleu turquoise incroyable. Malheureusement la pluie s'invite et nous décidons de bivouaquer au bord du lac Pehoe en espérant que le temps sera meilleur demain.
 
car9   car11car10   car13car12   car8
 
Vendredi 27 janvier : 32 km – 8 006 km
Le temps est maussade ce matin mais nous attaquons la montée au mirador Condor. Hélas la pluie se met à tomber à verses et nous faisons demi-tour avant d'être trempés. Nous aurons plus de chance pour le mirador Cuernos. L'eau passe d'un lac à l'autre par la cascade du Salto Chico impressionnante par son débit et sa violence. Le sentier est facile et nous emmène tout doucement en face des hauts sommets séparés par la « valle del Francés ». Il fait soleil et le paysage est magnifique. Le vent nous bouscule toujours et nous avançons sur un ripio de tôle ondulée et de nids de poule. Arrivés à la laguna Amarga nous nous installons au bord de cette lagune et n'en partirons que demain matin. Après-midi calme de rangements, nettoyage, petite balade et lecture.
 
car14   car15

           car17
  
Samedi 28 janvier : 385 km – 8 391 km
Nuit très calme au bord de la lagune. Le ripio est trop mauvais et nous n'irons pas plus loin. Des dizaines de marcheurs attendent pour entrer dans le parc. Le mythique W est très réputé chez les trekkeurs. Son tracé suit le bord du lac pour l'essentiel. Nous trouvons à nouveau des guanacos et quelques nandous. Passage en Argentine et traversée de la pampa … peu de choses à voir et de grandes étendues à perte de vue. Esperanza est un village de quelques maisons, pas de ravitaillement, pas de resto. El Calafate est une petite ville très animée. Une rue commerçante la traverse comme à Ushuaïa. La proximité du glacier Perito Moreno doit aider à son développement. Nous retirons de l'argent à la banque, nous rechargeons nos cartes SIM, nous faisons le plein de gas-oil et d'eau, nous faisons des courses, nous donnons du linge à laver et nous retournerons faire le plein de gaz lundi, Sur Gas étant fermé. Nous croisons Françoise et Jean-Paul en ville. Ils sont heureux de nous voir à nouveau motorisés. Gégé et sa Géraldine se joindront à nous pour l'apéro. Notre dernière rencontre était à Punta Arenas. On trinque à la fin de notre galère.

car19   car20
Pas superstitieux ….

car18   car21 
 
Dimanche 29 janvier : PUNTA BANDERA : 128 km – 8 519 km
Nous papotons encore un moment avant de nous séparer. Visite du Glaciarium à la sortie d’El Calafate. C'est un centre d’interprétation et d'information sur les glaciers de Patagonie. Cette visite s'impose avant d'aller admirer le Perito Moreno. Après un beau soleil ce matin, le temps se gâte et nous arrivons au glacier sous la pluie. Ce serait dommage de ne pas profiter de cette visite dans de bonnes conditions. Aussi nous attendons la fin de l'après-midi et reportons notre visite à demain.  
Le bivouac sera sur le minuscule port de Punta Bandera, conseillé par nos amis B.G., un petit coin de paradis. Nos amis qui n'ont pas hésité à refaire un sacré bout de route à l'envers pour nous remonter le moral lors de notre panne.

Lundi 30 janvier : EL CALAFATE : 135 km – 8 654 km
Le soleil est plus généreux ce matin, alors retour au Perito Moreno. On ne regrette pas notre décision. Le spectacle est splendide. Nous prenons la passerelle au départ du parking et l'approche du glacier se fait progressivement. Il n'y a quasiment personne alors c'est calme et toute la vue est pour nous. Des passerelles métalliques permettent de parcourir toute la longueur du glacier sur le versant opposé. Comme le glacier Grey, il a des reflets bleus magnifiques. Comment trouver le superlatif ? Alors je dis comme Josette : nous en prenons plein les mirettes. Par moment on entend comme des coups de tonnerre, ce sont des blocs de glace qui se détachent et tombent dans le lac. On a la chance d'en voir tomber de grands pans. Le glacier est vivant, on l'entend craquer et gonder. On ne peut pas se décider à partir …  
Mais on retourne à El Calafate et on arpente la rue principale bordée de boutiques touristiques avant d’aller récupérer notre ligne propre à la « lavanderia ». Bivouac sur le bord du lac Argentino.

car23   car22car25   car24car26   car27
 
Mercredi 1er février : EL CHALTEN
Excellente journée de rando. Les premiers kms sont assez raides et dominent la lagune. Nous sommes ensuite sur un plateau boisé et le sentier traverse la forêt. Au km 6 c'est le camp Poincenot où les tentes sont nombreuses. Le dernier km est annoncé comme très raide et demandant une bonne forme physique. Je confirme, il grimpe fortement dans les rochers mais il est « moins pire » qu'annoncé. Les randonneurs sont nombreux, une majorité de jeunes. Somptueux paysage à l'arrivée : le Fitz Roy à 3 405 m., des pics de part et d'autre, des glaciers et, au pied, un magnifique lac.  On passe près de 2 h. sans se lasser d'admirer cette superbe vue. De retour, nous passons par la laguna Capri, petit crochet qui offre une vue différente sur le Fitz Roy.

car29   car31car30   car32Journée
 

Jeudi 2 février : BAJO CARACOLES : 585 km – 9 478 km
Journée étape. Des guanacos, quelques nandous et un zorro (renard). Plus de 150 km de ripio, la « casa rodante » devient la « casa dansante » … Nous retrouvons les Gégé's et les J.Paul's !
   
Vendredi 3 février : CHILE CHICO : 300 km – 9 778 km
Après 50 km de ripio plutôt « pourri » nous arrivons à La Cueva de Las Manos. A flanc de la falaise qui domine le rio de 150 m., des mains sont peintes en négatif. Il y a aussi des peintures de guanacos, d’un animal bizarre ressemblant à un lézard, une empreinte de puma et des motifs géométriques. Les dessins se trouvent à l'extérieur de la grotte, ce qui signalait qu'elle était habitée. Les premiers dessins datent de 9 000 av. JC. Ils sont visibles sur 500 m. de falaise. Retour par le ripio et ensuite la route est en très bon état jusqu'à Perito Moreno (la ville) où nous ne pourrons pas remplir nos bouteilles de gaz. La sortie d'Argentine se fait rapidement et dans la bonne humeur. L'entrée au Chili est un peu plus paperassière et nous ouvrons tous les placards et tiroirs pour la chasse aux végétaux ou autres non autorisés. Le douanier part avec 3 gousses d'ail et le sourire ! Bivouac au bord du lac General Carrera à Chile Chico qui s'appelle le lago Buenos Aires sur ses rives argentines. Nous serons bercés par un petit zéphyr sous les saules pleureurs.
 
car33   car35car34   car36
 
Samedi 4 février : PUERTO RIO TRANQUILO : 174 km – 9 952 km
Ce matin la petite ville ne s'éveille pas avant 10 h. et en plus il pleut. D'entrée nous attaquons le ripio. Bernard dégonfle ses pneus de 500 g. sur les conseils de conducteurs avisés et il semble que nous sautons moins sur la piste. Les paysages sont magnifiques, le bleu presque marine du lac (le plus grand du Chili et le 2ème plus grand d'Amérique du sud) est entouré de champs verdoyants et dominé par les montagnes aux cimes enneigées. Et oui, nous avons retrouvé la verdure, les saules, les bouleaux, les pins, les abricotiers, l'herbe bien verte et ensuite une foison de lupins au bord du ripio. Ils commencent à monter en graine et j'en fais une provision … que je ne retrouverai pas, dommage. Cette région est parsemée de petites maisons avec souvent un potager et quelques poules. Les derniers 20 km sont une galère de tôle ondulée, nous ne pouvons pas dépasser 20 km/h. A l'entrée de Puerto Rio Tranquilo nous sommes alpagués par un promeneur de touristes qui nous propose une sortie en mer jusqu’aux falaises de marbre. On se décide rapidement parce qu’il fait très beau aujourd'hui et qu’il faut en profiter. Les falaises ont été grignotées par la force des eaux et elles ont formé des grottes et des arches. Notre barquot avance dans certains passages et passe sous un bloc rocheux. La lumière fait ressortir les veines du marbre et les découpes spectaculaires des voûtes. Nous sommes ravis de notre excursion. Notre bivouac sera dans une rue du village, sur un espace herbeux, après accord des riverains.
 
car38   car37car45   car42car40   car41car43   car44
 
Dimanche 5 février : PUERTO CHACABUCO :300 km -10 252 km
Excellente nuit dans ce petit quartier tranquille. Il fait beau et nous ne traînons pas en prévision du ripio qui nous attend. Il est meilleur que prévu, une lame a dû être passée récemment et nous roulons « bien » jusqu'à la route bétonnée que nous prenons à mi-parcours. L'environnement a beaucoup changé. Nous avons quitté les berges du lac, dommage pour ses belles couleurs bleues. Les bords de la piste sont envahis de fuchsias arbustifs, de rhubarbe géante (gunnera) et aussi de lupins. Beaucoup de forêts au début et ensuite c'est un paysage qui ressemble aux paysages de chez nous, des vallons, des prairies, de l'eau, des habitations clairsemées, … La ville de Coyhaique est peu intéressante, tout est fermé ce dimanche et nous allons rapidement à Puerto Chacabuco. Nous allons voir quelles sont les possibilités de prendre un ferry avant Chaiten pour éviter encore et encore du ripio ! Nous dormirons au port de Chacabuco pour être de bonne heure au service de réservations.
 
car46   car51

Lundi 6 février : COYHAIQUE : 116 km - 10 368 km
Hier soir vers 23 h. toc, toc, toc … Ce sont des policiers, il ne faut pas rester là ! Ils nous indiquent un emplacement mais il fait nuit et on se trompe de chemin alors ils nous escortent. On ne voit pas trop où on est mais on est où il faut, forcément ! Sauf que quelques instants plus tard une voiture se gare derrière nous et déchaîne les décibels de la sono ! Bref, l'endroit n'est pas terrible, mais quelques instants plus tard on aperçoit les gyrophares verts (les policiers) et nos pollueurs sonores s'en vont. Le lendemain matin vers 6 h. des voitures se garent près de nous et on voit le gyrophare vert … pas terrible l'endroit … mais « no problema » on peut finir notre nuit tranquilles. Trop tard, on se lève. Chou blanc sur toute la ligne pour les réservations de ferry. Tout est réservé pour cette semaine quel que soit le port de départ. Alors on réserve pour le mardi 14 et de Chaiten, un peu de ripio en perspective. Puerto Aysen n'est pas très attractif et le soir on revient sur Coyhaique, au camping après avoir donné du linge à laver et la bouteille de gaz à remplir. On retrouve notre pote Bruno et un couple de suisses présent au réveillon d'Ushaïa. Bruno, en bon organisateur de festivités programme l'apéro … et le digeo. Et après ces agapes on se cause en français, en anglais et un peu en espagnol ! Mardi 7 février : COYHAIQUE Ce matin nous partons à la recherche d'amortisseurs. Et oui ! Il y en a un qui a rendu l'âme … Pas de chance, il faudra ait attendre 8 jours et à Puerto Montt ou Osorno on les aura plus rapidement. Bruno cherche à faire souder une jante et de proche en proche il trouve le bon artisan. L'après-midi est consacrée à internet, qui ne fonctionne pas très bien, au ménage et ensuite à la récupération du linge propre et de la bonbonne de gaz. Cette dernière démarche durera 3 h. Tout d'abord la bonbonne est remplie à 30 kg au lieu de 13 kg ! Et ensuite il faut la vider et la recharger. Mais comme les opérations ne se font pas toutes sur place nous attendrons tout ce temps. Revenus au camping nous retrouvons les Gégé's puis un couple d'amis de Monique et Erick et un couple d'inconnus … qui ne le resteront pas longtemps. Allez hop ! Apéro pour les 11 français !

                                                   car47
 
Mercredi 8 février : PUERTO CISNES : 237 km – 10 605 km
Ce matin coiffeuse pour moi. Géraldine dont c'était le métier me propose très gentiment de me couper les cheveux. J'en avais bien besoin et le résultat est top ! Nous essayons ensuite de faire changer notre réservation de ferry pour le 12 au lieu du 14 mais tout est complet. Nous partons en direction de Chaiten avec de nombreux arrêts prévus en route et la certitude de retrouver les uns ou les autres sur notre route. La carretera austral est le domaine des voyageurs à pied ou à vélo et notre camping était un lieu de rencontre de tous ces jeunes voyageurs. Notre bivouac est sur le port de Cisnes en face de l'île Magdalena, sur le canal de Puyuhuapi.
 
car48    car49
   
Jeudi 9 février : LA JUNTA : 143 km – 10 748 km
Nuit très tranquille près des barques des pêcheurs. Petite visite très courtoise des policiers pour nous faire garer dans le bon sens. La police n'est pas très visible, contrairement aux pays en stan où nous étions arrêtés très souvent, mais elle est très présente. Pas de gambas, rien du tout au port ce matin. Dommage ... Nous continuons la route ou plutôt le ripio mais c’est carrossable à part une vingtaine de km de travaux intensifs. On avait prévu quelques randos dans ce parc mais il pleut ce matin et aller marcher sous la pluie sur des sentiers détrempés dans les sous-bois ne nous tente pas. Déception arrivés à Puyuhuapi, petit port au fond du fjord du même nom, toutes les rues sont en réfection et on ne pourra pas trouver un bivouac ici. Après le repas nous reprenons la route jusqu'à La Junta. C'est une petite ville perdue sur la Carretera Austral mais un bon endroit pour un bivouac.
 
car50   car53

Vendredi 10 février : CHAITEN : 152 km – 10 900 km
Problème mécanique depuis hier : notre niveau d'eau dans le vase d'expansion diminue trop vite, alors nous décidons de rallier Osorno rapidement parce que nous savons qu'il y a un garage Fiat qui a bonne réputation. Nous ne sommes pas vraiment sereins depuis notre dépannage à Ushuaïa, même si notre mécano Ilych nous a très bien réparés. Quand nous lui faisons part de ce problème il répond tout de suite, nous donne des pistes de fuite possible et nous annonce sa présence dans la banlieue de Santiago fin février. Le ripio n'est pas trop mauvais et nous sommes à Chaiten en fin de matinée. Dès l'ouverture du bureau de réservation des ferries nous y allons pour essayer de faire avancer notre réservation. Rien aujourd'hui mais elle nous conseille de venir demain à 8 h.30 pour voir … Bernard vérifie une fois encore les traces d'eau possible dans le moteur et il repère un peu d'eau sous le pareflu. Il regarde de plus près et bingo ! C'est sans doute l'origine de notre fuite. Un mécano local nous répare cela en 10 minutes. On va écrire un guide des garages en amsud. Nous rencontrons Jean-Michel et Christiane connus à Coyhaique et nous passons un bon moment ensemble. Bivouac près du bureau des ferries.

retour haut de page
retour à l'accueil