IGUAÇU à MONTEVIDEO du 13 avril au 7 mai
retour à l'accueil
iguamonte

Samedi 15 avril : NS DE LORETO : 244 km – 23 227 km
Direction les missions jésuites argentines. San Ignacio Mini fondé en 1 696. Ses ruines sont les mieux conservées d'Argentine. Cette mission abrita jusqu'à 4 500 habitants. Les jésuites créent ces missions pour protéger les guaranis des colons. Ce sont des lieux coupés du reste du monde et leur organisation communautaire autonome est unique dans l'histoire. Les habitants travaillent la terre commune et les richesses sont réparties équitablement. La journée de travail est fixée à 6 h. comparée aux 12–14 h. en Europe à cette époque. Le chef  ou regidor est désigné par les jésuites et les autres postes sont occupés par des indiens élus. Les attaques d’esclavagistes décimeront les missions mais les guaranis sortiront vainqueurs de la dernière bataille. Le coup fatal sera donné par le changement de pouvoir en Espagne. Un nouveau traité fixe les frontières et une grande partie des missions reviennent au Portugal dont le roi est l’ennemi des jésuites. Les guaranis sont sommés de quitter les missions, les jésuites cherchent le soutien des autres pays d'Europe, en vain. Les guaranis sont chassés et pourchassés et cela se termine dans un bain de sang en 1 756.
Santa Anna et NS de Loreto sont des champs de ruines et il est difficile d'imaginer ce qu'était une mission ici. Mais le cimetière de Santa Anna n'est pas entièrement détruit. Marcelo, le gardien de Loreto nous propose de dormir sur le parking.
Ce soir il y a un bal folklorique tout près. Nous irons y faire un tour. Les gauchos ont sorti leur plus belle tenue : pantalons plissés glissés dans des bottes ornées d'éperons, chemise brodée, chapeau et poignard dans un étui passé à la ceinture. Pour les femmes ce sont de grandes jupes très colorées et souvent un gros nœud dans les cheveux. Les danses sont très enlevées et les danseurs pleins d'entrain.

igua4   igua2igua1   igua3 igua5   igua6igua7   igua8
 
Dimanche 16 avril : mission TRINIDAD au PARAGUAY : 100 km – 23 327 km
Nuit musicale … Nous allons voir les missions paraguayennes qui sont les mieux conservées. La frontière est vite franchie alors qu'une file impressionnante attend pour entrer en Argentine. La semaine sainte est une semaine de congé pour les argentins et ils vont au Paraguay alors bien sûr le dimanche ils rentrent chez eux. En sortie de la ville d'Encarnacion nous croisons Josette et Joël ! Surprise ! Ils ont passé la semaine dans cette région et regagnent l'Argentine. On se donne les dernières nouvelles des voyageurs, les lieux intéressants et plein d'autres infos … Trinidad est la mission la mieux conservée. On comprend bien ici l'organisation d'une mission. L'église possède des vestiges en très bon état, une crypte et de nombreuses sculptures. Petit resto à midi. Nous rencontrons deux jeunes français et passons un bon moment d'échanges. Journée tranquille et bivouac sur la place du site.

igua9   igua10igua11   igua12igua13   igua14
 
Lundi 17 avril : mission SAN COSME Y DAMIAN : 155 km - 23 482 km
Nuit très tranquille après un son et lumières timide. Visite de Jesus de Tavarangüe à quelques km. Cette mission a été inachevée. L'église est très grande et d'inspiration hispano-mauresque. Le collège attenant et quelques fondations d'habitations complètent cet ensemble. Nous revenons sur nos pas pour aller à la dernière mission : San Cosme y Damian. Le site est ici aussi dans la verdure. L'église a été reconstruite ainsi que la partie adjacente qui était le collège. Un des frères jésuites a été le premier astronome d'Amérique du sud et un cadran solaire est dans la cour depuis plus de 300 ans. Visite du petit centre astronomique. Un guide nous conduit dans une pièce plongée dans l'obscurité où on peut observer une projection d'un ciel étoilé. Une maquette du système solaire permet de voir la position du soleil dans différents pays du globe suivant les saisons. Et pour finir une lunette astronomique pointée sur le soleil nous montre une belle image rouge. Notre bivouac sera proche de la mission et de l'école (dont la directrice nous donnera le mot de passe wifi).

igua18   igua15igua17   igua20igua19   igua21
 
Mardi 18 avril : SANTO TOME : 254 km – 23 736 km 
Nuit très tranquille une fois encore. Dernier tour dans ce petit village.  Les enfants arrivent à l'école à 6 h. 30 et repartent à 16h.30 ... une grande journée ! Arrêt dans un supermarché pour dépenser nos derniers guaranis. La sortie du Paraguay est rapide et facile. Ensuite la file d'attente est d'environ 1 heure. Nous choisissons la file « touritas » mais elle est noyée de motos. Personne ne veut nous laisser passer pour  changer de file au point qu'en accélérant pour garder sa sainte priorité un automobiliste tape celui de devant et … ils nous regardent de travers. Je les gratifie de noms d'oiseaux alors que nos pannes à répétition m'avaient laissée calme, ce doit être la bêtise humaine qui ne passe pas ! Puis la pression retombe et nous continuons notre route, cap au sud. C'est une traversée de grandes forêts, de scieries et de prairies à vaches. Culture locale et sur une surface très étendue de plantes à maté, la boisson de l'Amérique du sud. Notre ccar fume très blanc de temps à autre mais il faut bien qu'il se rappelle à notre bon souvenir. Pour la suite ce sera Buenos-Aires ou Montevideo suivant ses caprices.

igua22   igua23igua25   igua24
 
Mercredi 19 avril : COLONIA LA ARGENTINA : 395 km – 24 131 km
Journée étape. Rien à dire sauf que nous avons eu de la pluie tout le temps et parfois des trombes d'eau. La route n'est pas en très bon état, mais elle nous rapproche de notre dernière étape.
 
Jeudi 20 avril : ZARATE : 384 km – 24 515 km
Encore une journée étape. Nous nous rapprochons de Buenos-Aires.
 
Vendredi 21 avril : COLONIA DEL SACRAMENTO (URUGUAY) : 448 km – 24 963 km
Nous voulons être à Buenos-Aires en milieu de journée mais notre ccar fait encore des caprices. Il fume blanc puis bleu de façon répétée plus qu'avant et nous jugeons plus sage de faire demitour et de prendre la direction de Montevideo. Alors que depuis la « destruction » du FAP il suffisait de s'arrêter quand de la fumée sortait du pot d’échappement, l'arrêt ne suffit pas, un témoin s'éclaire et notre ccar fume beaucoup.  Il change de défaut : avant il buvait beaucoup et maintenant il fume. Nous arrivons à Colonia en fin de journée et notre bivouac est en bord d'océan dans le quartier historique.

Samedi 22 avril : BUENOS-AIRES : 4 km – 24 967 km
La nuit porte conseil et celle-ci a été longue. On avait envisagé de laisser le ccar ici et d'aller à Buenos-Aires avec le Buquebus en louant une chambre … mais pourquoi ne pas y aller avec le même moyen de transport mais avec le ccar ? Il n'aura pas beaucoup de km à faire et nous aurons notre « casa rodante ». Bernard est mitigé, nous nous préparons tranquillement et allons à l'embarcadère. Il y a un ferry qui peut transporter le ccar (la hauteur est un handicap) et il part dans ½ heure. Tout le personnel se démène pour que nous partions, les billets sont vite imprimés, la police uruguayenne de sortie et argentine d'entrée sont vite expédiées, la douane valide la sortie du camion, un employé nous guide en chantant la Marseillaise (incroyable!), Bernard monte le ccar sur le pont vite fait bien fait pendant que je cours me faire enregistrer.  OUF ! Nous voilà à bord !  
Le parking espéré pour nos bivouacs, celui du Buquebus n'est plus autorisé depuis janvier, trop de problèmes de sécurité. Nous en trouvons un autre, pas loin, gardé jour et nuit qui nous permet de nous brancher en eau et en électricité et de vider les eaux noires. Pour une fois la chance est avec nous, pas trop tôt. Nous passons l'après-midi dans le centre de la capitale : place de Mayo (où les mères des disparus manifestent toutes les semaines), casa Rosada (palais présidentiel), cathédrale (où on nous rappelle que le Pape François a été archevêque ici). Nous nous baladons dans la rue Florida, rue piétonnière très animée. Un spectacle de tango nous donne un avant-goût de ce que nous espérons voir demain.
 
igua26   igua30igua27   igua29igua28   igua31igua33   igua34 
   
Dimanche 23 avril : BUENOS-AIRES
Beau soleil ce matin. C'est le jour du marché des antiquaires et nous ne voulons pas manquer cela. Nous partons par les quais de Puerto Madero et par les anciens docks. C'est une bonne balade entre les anciens docks reconvertis en logements et restos de luxe, les vieux gréements à quai et les immeubles flambants neufs. Nous rejoignons la rue Defensa où a lieu le marché du dimanche. C'est une succession de petits marchands de plein de choses, d'antiquaires chicos, de galeries. Et puis, une milonga nous arrête le temps de savourer un tango interprété avec maestria et passion sur une petite place. Des danseurs et un public qui partagent ce moment magique. Quelle chance d'être là après toutes nos péripéties, seul le moment présent compte. Nous flânons sur les docks au retour avec un arrêt dans un bar pour profiter du site et nous mêler à la population. Josette et Joël sont sur le parking, arrivés dans la journée. Nous sommes heureux de nous retrouver (nous leur avions donné un point GPS erroné!) et nous partageons … l'apéro !  
 
igua35   igua36igua37   igua38igua39   igua40
 
vidéo tango ici

Lundi 24 avril : BUENOS-AIRES  
Démarrage en douceur. En premier lieu l'achat de nos billets de Buquebus pour rejoindre l'Uruguay et Colonia demain. Un taxi nous emmène jusqu'à La Boca. Ce quartier n'est pas recommandé pour les piétons. Quelques rues sont ouvertes aux touristes et le tourisme est le moteur des activités. Ici les maisons sont peintes de toutes les couleurs. A l'origine les marins finissaient leurs pots de peintre pour la décoration de leur habitation.  
Malgré tout c'est un quartier agréable à parcourir, très coloré bien sûr … et les danseurs de tango sont omniprésents.  
De là nous voulons revenir sur la place de Mai mais il y a une manif et le chauffeur de taxi nous dépose à Puerto Madero. Petite balade sur les quais et nouveau taxi pour le cimetière de Ricoleta. Le chauffeur est un homme jeune, très bavard,  qui nous raconte que sa famille est originaire de Bordeaux. La manif est organisée par les boliviens qui vendent difficilement leurs fruits et légumes en Argentine. Il ajoute qu'ici l'éducation et les soins de santé sont gratuits alors leurs voisins chiliens, boliviens, péruviens, … les envient.  
Dans ce cimetière, les tombes sont monumentales mais assez massives et les allées sont étroites. D'autres cimetières, celui de Lviv en Ukraine par exemple, sont plus surprenants et poétiques.  
Pour terminer cette journée bien remplie, nous redescendons vers la place du Général San Marin avant de regagner notre casa rodante, Josette et Joël. Chacun raconte sa journée bien remplie. Ils repartent sur le nord de l'Uruguay et nos routes sud-américaines ne vont plus se croiser alors devinez ? On partage un bon apéro !
 
igua41   igua44 igua46   igua45igua50   igua51igua42      igua54      igua43   igua52   igua55igua49   igua48igua56   igua57   igua58
 
Mardi 25avril : avant MONTEVIDEO : 168 km – 25 135 km
Avant de partir nous faisons les pleins et les vides du camping-car. Nous embrassons Josette et Joël, nous nous souhaitons bonne route et bon retour et nous gagnons le Buquebus. Encore les formalités de sortie d'Argentine et d'entrée en Uruguay et nous traversons le rio de la Plata. Le temps est très gris et la brume tombe progressivement. Arrivée à Colonia dont nous souhaitions visiter le centre historique, même grisaille. Nous ne restons pas là et nous approchons de Montevideo, dernière étape de ce long périple. Pas encore rentrés et déjà la tête dans les prochains voyages et pourquoi pas … l'amsud mais des pays plus dépaysants : Pérou, Bolivie, … encore un peu tôt pour en parler mais la petite graine est semée ! à moins que ce ne soit de l’humour.
 
Mercredi 26 avril : proche MONTEVIDEO : 188 km – 25 323 km
Journée à la recherche DU camping pour attendre le cargo.
Nous allons d'abord au camping à 10 km de Montevideo conseillé par SeaBridge. Loin de tout et vide … le suivant est dans le sable et pour le troisième la hauteur est limitée à 2,30 m. Nous nous arrêtons à autre camping – gardiennage, Paraiso Suizo tenu par des suisses comme son nom l'indique et conseillé par SeaBridge et nous resterons là on ne sait pas combien de temps. Le temps est exécrable, bourrasques de vent, trombes d'eau, température fraîche. Pour une fois nous sommes nombreux, surtout des suisses et des allemands mais personne n'ose mettre le nez dehors. On commence le grand nettoyage et il va nous occuper un bon moment. Jeudi 27 avril : proche MONTEVIDEO : 128 km – 25 451 km Le camping est trop loin de Montevideo (90 km), on change de place. On passe par la capitale où nous faisons une pause. Parking le long de la rambla et on va à pieds dans la vieille ville, à la place de l'Indépendance et jusqu'à la « fontaine des cadenas ». La ville a changé, c'est l'automne, les arbres perdent leurs feuilles, l'ambiance est presque hivernale malgré un beau soleil. C'est agréable de revenir ici où nous avons attendu de longues journées l'arrivée du cargo et de nos véhicules. Nous retournons au camping indiqué par SeaBridge, à 20 km de la ville et très calme (nous sommes seuls avec 2 ccars en gardiennage).
 
igua59   igua60igua61   igua62
 
Vendredi 28 avril : La Paz, MONTEVIDEO
Nous sommes bien ici, au calme, à part les 3 chiens du propriétaire qui aboient dès qu'une mouche vole trop près d'eux ! Le supermarché est à 2 km et nous avons l'intention de ne plus bouger après les courses indispensables. Pendant notre moment détente-lecture après le repas nous avons la surprise de voir arriver une cellule et … Josette et Joël ! Que se passe-t-il ? Josette avait dérapé sur son marchepieds il y a quelques jours ce qui lui avait valu une boule de la grosseur d'un œuf sur le côté de la jambe. Elle a alors passé une radio. Rien de cassé et elle allait mieux. Puis sa jambe est devenue très douloureuse, son pied a gonflé et a bleui. Ils sont donc revenus sur Montevideo, à l'hôpital britannique où un chirurgien a prescrit des antibiotiques en attendant de voir comment ça va évoluer. Et nous voilà voisins à nouveau et c'est bien agréable.

Samedi 29 avril : La Paz, MONTEVIDEO
Encore une journée à buller. Presque pas de vent et un beau soleil qui incite au farniente. On avance quand même un peu dans le nettoyage du ccar intérieur et extérieur, mais nous avons encore 3 jours au moins à rester ici. Une journée bien cool où on papote, on bouquine et on se branche sur internet.
 
igua63   igua64
 
Dimanche 30 avril : La Paz, MONTEVIDEO
Encore une journée à buller. Un beau soleil qui incite au farniente. Josette et Joël nous quittent ce matin. La jambe de Josette la fait toujours souffrir. Elle va contacter IMA (inter mutuelles assistance). Monique et Erick qui ont un problème mécanique arrivent. Le câble de l'embrayage s'est coincé par 2 fois et ils préfèrent se rapprocher de Montevideo.  C'est le club des éclopés en tout genre …
  
Lundi 1er mai : La Paz, MONTEVIDEO
On décide de bouger un peu. On va au village à pieds, environ 2,5 km. On assiste à la cérémonie du 1er mai. Une trentaine de personnes sont réunies près d'une sono qui diffuse d'abord l'hymne national puis l'Internationale. Françoise et Alain, des amis des Curinier arrivent peu après. Emmanuel, le propriétaire du terrain n'avait sans doute pas vu défiler autant de camping-caristes. Erick fait voler son drone et nous avons une drôle d'allure vus d'en haut. Bonne après-midi bien cool et bien chaude qui se termine par le pot de l'amitié.

igua65
 
Mardi 2 mai : La Paz, MONTEVIDEO
Nous testons le bus pour le centre de Montevideo. Nous allons chez KMA pour avoir les dernières nouvelles du Grande Nigeria. Nous embarquerons samedi. Notre interlocutrice est formelle. Nous qui suivons le cargo sur Find Ship le voyons toujours à l'ancre en face de Buenos-Aires … et pas encore ici ? On va déjeuner au Tibetan Garden qui a été notre « cantine » en novembre dernier. Le jeune patron est heureux de nous revoir et nous embrasse tous ! Et nous sommes heureux de revenir chez lui. Visite du musée des Andes ensuite. Il est dédié à la tragédie du 13 octobre 1972 et au crash d'un avion qui allait de Montevideo à Santiago du Chili avec une équipe de rugby, ses amis et parents à bord, 45 personnes au total et seulement 29 survivants. Ils ont survécu 72 jours sans eau, sans nourriture, sans vêtements adaptés à 4 000 m. d'altitude et des températures parfois inférieures à – 30 degrés. Un petit tour en ville et nous reprenons le bus retour pour arriver juste avant la nuit. Josette et Joël sont revenus en fin de journée. Josette doit attendre encore 2 jours pour avoir la décision de l'hôpital pour sa blessure. Bonne journée bien remplie.

igua68   igua67   igua70   igua71   
 
Mercredi 3 mai : La Paz, MONTEVIDEO
Encore une journée à buller. Josette, Joël, Françoise et Alain nous quittent. Erick et Bernard regardent le débat de la présidentielle (Macron / Le Pen). Bof !
 
Jeudi 4 mai : La Paz, MONTEVIDEO
On va à Montevideo aujourd'hui, avec le bus. Balade en ville, il fait très beau. Repas au marché du port où nous choisissons le même resto et pour nous le même menu : parillada. Très bon et typique. Au port on se renseigne pour un bivouac éventuel vendredi soir. Pas possible. Mais un sympathique douanier nous propose de nous garer sur le parking de la douane samedi puisque les bureaux seront fermés. On traîne encore un moment puis on reprend le bus. Il est bondé ! Un peu de marche à pieds et nous rentrons à la casa rodante chez Emmanuel.
 
 
Vendredi 5 mai : La Paz, MONTEVIDEO
Et une autre journée à buller … Un tour au village pour quelques courses, le coiffeur pour Bernard  et marcher un peu. Josette et Joël nous rejoignent. Le chirurgien a fait une incision et retiré un caillot. Mais la douleur persiste et elle ne veut pas s'éloigner de Montevideo. Leur cargo part à la fin du mois et ils ne veulent pas avoir de souci en mer. Pour nous, rendez-vous dimanche à 9 h, au port pour l'embarquement. Je mettrai ce blog à jour au gré des possibilités de connexion ...
 
igua72   igua66
 
Samedi 6 mai : MONTEVIDEO
Après une dizaine de jours chez Emmanuel, nous allons à Montevideo. Nous avons rendez-vous avec Josette et Joël pour un bon plat de poissons et crustacés au port de plaisance. Délicieux et, comme on ne veut pas faire les choses à moitié, on commande un dessert ! Il nous faudra aller faire une grande balade en ville après les avoir quittés pour aider à la digestion de ce repas copieux. Cette fois-ci nous nous quittons vraiment après plusieurs aurevoir qui n'en ont pas été. Nous leur souhaitons patience pour attendre leur cargo et un complet rétablissement à Josette. Nous retrouvons Monique et Erick sur le parking de la douane au port. Bernard a été bien inspiré de demander l'autorisation d'attendre ici notre cargo. L'endroit est gardé et vide. Il n'est peut-être pas possible de rester là en semaine quand les bureaux de la douane sont ouverts. Les bagages seront vite faits et nous sommes prêts à embarquer.
 
igua75   igua73
 
Dimanche 7 mai : MONTEVIDEO
Nuit calme, pas de bruit - mais la pression monte … Notre guide arrive vers 9 h. Le contrôle de la douane pour le ccar est vite expédié et nous  gagnons le Grande Nigeria. On monte à bord et on trimbale nos bagages. La cabine est nickel, plutôt spacieuse et nous prenons possession de notre « casa vogante » … Nous sommes 6 passagers. Un couple d'allemands partage notre aventure. Repas à midi, excellent – nappe blanche et service très stylé par Giovanni, notre « nounou ». Nous faisons la connaissance du capitaine, bien cool. Alors vous avez compris que notre première impression est excellente et que cette traversée démarre sous de très bons auspices. En CE dimanche d'élections une autre bonne nouvelle nous fait du bien … le résultat.

igua76

retour haut de page
retour à l'accueil