VALPARAISO - SAN PEDRO D'ATACAMA du 8 au 28 mars   
retour à l'accueil
carte5

Jeudi 9 mars : POLVAREDAS : 230 km – 15 310 km
Le réveil sonne à 5 h. et nous quittons notre bivouac à 6 h. Le garage qui devait ouvrir à 7 h. ouvrira à 8 h. bien sonnées, mais on préfère arriver en avance. Fernando examine l'amortisseur avec son mécano. Il part ensuite essayer de trouver la pièce … et revient bredouille. Avec Josefina qui traduit, il nous explique que les stocks de pièces coûtent trop cher au Chili et qu'elles sont importées au fur et à mesure des besoins. Il nous rassure aussi en confirmant les propos de JSA, nous pouvons rouler sans risques avec un amortisseur endommagé, mais il faudra être très prudents. Si nous devions être encore coincés à Santiago, Josefina met sa maison, sa voiture et sa famille à notre disposition.  Des amis n'auraient pas fait mieux. Une belle rencontre. Au printemps dernier on est rentré des pays en stan avec les 2 amortisseurs avant mal en point, et on a roulé pendant 8 000 km, alors …  
Nous prenons la route de Mendoza le cœur léger. Après Los Andes, la route monte jusqu'à la frontière argentine et nous arrivons au col après une trentaine de virages en épingle à cheveux. Les couleurs des montagnes sont très variées, de l'ocre au beige en passant par des tons de vert et de gris.  Nous sommes ravis de ce changement de paysage et attendons la suite du programme avec impatience.  
Passage du Chili en Argentine en 1 heure et nous nous retrouvons au pied de l'Aconcagua que nous ne verrons pas. Le Puente del Inca est une arche naturelle recouverte de calcaire. Des thermes en ruines sont visibles à côté. Le Cementerio de los Andinistas abrite les tombes des andinistes victimes de l'Aconcagua.  
Le bivouac est sur une place d'un tout petit hameau pas très animé.

val1   val2 
val3   val4val5   val6
 
Vendredi 10 mars : MENDOZA : 232 km – 15 550 km
Ce matin rentrée des classes (10 élèves maxi) et montée des couleurs avec chant de l'hymne national. La route est toujours magnifique entourée de montagnes très colorées même si de matin la lumière n'est pas pour nous, nous sommes à contre-jour. Bernard s'inquiète du permis d'importation temporaire du véhicule qui ne lui a pas été délivré à la douane. Nous descendons jusqu'à Uspallata tout en réfléchissant et là il y a un bureau de douane pour les camions. Nous aurons la chance que les douaniers nous délivrent ce document après inspection du camion par un chien renifleur. Ouf ! A Potrerillos nous faisons une halte au bord d'un beau lac artificiel aux eaux turquoise. Nous prenons notre temps et profitons de cet environnement magnifique. A l'approche de Mendoza nous sommes dans la plaine et les vignobles se succèdent. Les vignes sont en espaliers et les vendanges ont déjà eu lieu, nous sommes proches de l'automne. Nous descendons au sud de la ville pour arriver au camping où est stationné notre pote Bruno depuis plusieurs jours. Plaisir des retrouvailles. Avec Silvia, propriétaire des lieux, nous allons au resto du bourg voisin. Ici les clients arrivent après 22 heures. La soirée est très chaleureuse, le mélange du français et de l'espagnol provoque des éclats de rire et la soirée est placée sous le signe de l'amitié.

Samedi 11 mars : 275 km – 15 825 km
Excellente nuit. Nous quittons Bruno « pour de vrai ». Son avion pour Paris part le 18 mars et il est temps qu'il rejoigne Colonia où il laisse son véhicule pour plusieurs mois. Un dernier moment d'échange avec Silvia et nous prenons la route. Le thermomètre qui affichait 6 degrés à notre lever atteint 33 degrés dans l'après-midi. La région traversée est monotone : vignobles autour de Mendoza puis une grande plaine avec une végétation anémique. Très peu de villes ou villages traversés comme d'habitude. Bivouac à San Juan avant de retrouver les beaux paysages des sierras.
 
Dimanche 12 mars : ISCHIGUALASTO – vallée de la Lune : 305 km – 16 130 km
Les beaux paysages seront pour plus tard. La campagne est sans trop d'intérêt, l'environnement est plat et désertique. Ce sera superbe en quittant la RN40 pour prendre la route qui va vers le parc. Auparavant nous cherchons une épicerie, il y en a une seule ouverte et le patron nous régale de sa verve et de ses propos hauts en couleurs auxquels nous comprenons qu'il a gagné une coupe hier, qu'il a mal aux cheveux, que le gouvernement se la coule douce pendant que la population trime et transpire. Tout ceci avec une gestuelle digne d'un grand comédien. Nous sommes morts de rire. Et enfin les sierras apparaissent et nous serons comblés tant par les couleurs que par les formes parfois surprenantes des reliefs. Très peu de végétation exceptés de grands cactus en forme de candélabres. Nous grimpons à plus de 1 500 m. et respirons avec plaisir un air plus frais. Le bivouac est à l'entrée du parc en attendant de le visiter demain.
 
val8    val11val10   val12
 
Lundi 13 mars : ISCHIGUALASTO – vallée de la Lune
Matinée tranquille. Un peu de ménage, un peu de rangement, un peu de balade dans le parc, un peu de rien … Un tour guidé est proposé et chacun roule avec son propre véhicule. Nous sommes seulement 2 ccars et une voiture, l'idéal. Le circuit est bien conçu et plusieurs arrêts sont prévus. Le garde du parc nous explique la géologie du lieu et pourquoi nombre de fossiles d'il y a 200 à 250 millions d'années ont été retrouvés ici. C'est unique au monde. Les paysages sont fabuleux. Nous passons d'un paysage lunaire à un « terrain de pétanque » puis à des rochers érodés par le vent du nom de « sousmarin » et de « champignon ». Le retour se fait en longeant une falaise rouge colorée par des oxydes de fer. Les photos parleront mieux que moi. Le soir nous retrouvons Gégé, Géraldine, Françoise et J.Paul. Encore une belle soirée chaleureuse et amicale.
 
val14   val13val15   val16 val17   val18val19   val20

Mardi 14 mars : FAMATINA : 301 km – 16 471 km
Plusieurs équipages français sont là et nous avons beaucoup d'infos à nous transmettre et aussi l'envie de partager de bons moments ensemble. C'est le bon côté du long voyage, on se croise, on a des connaissances communes, on crée des liens, on fait partie de la grande famille des voyageurs. On quitte le bivouac vers midi, direction Villa Union et Cuesta de Miranda. La route monte à plus de 2 000 m, et ce sont encore des paysages époustouflants. Il faut garder des superlatifs dans sa besace parce qu'ici la nature a créé des merveilles. Par contre l’approvisionnement est difficile, nous avons du mal à trouver un magasin d'alimentation ou un « frutas et verduras » (mais comme les contrôles sanitaires se suivent on ne peut pas acheter trop … je voulais dire : en planquer trop). Trouver un bivouac sera plus long ce soir, les places pour bivouacs sauvages sont rares, les campings commencent à fermer, les vacances sont finies.

val21   val23 val22   val24
 
Mercredi 15 mars : HUALFIN : 290 km – 16 761 km  
La route pour rejoindre la RN 40 est très agréable sans point d'intérêt particulier. Le thermomètre grimpe vite jusqu'à plus de 30 degrés et la pause de midi se prolonge, bien à l'ombre. Nous bifurquons sur Hualfin pour trouver un bivouac.  C'est un petit bourg bien calme et le parking déserté de l'hosteria fera l'affaire.

Jeudi 16 mars : AMAICHA DEL VALLE : 146 km – 16 907 km
Le patron de l'hosteria vient timidement nous saluer ce matin.  Nous avons vu des enfants chez lui hier et il repart avec des petits cadeaux pour sa famille. Visite de la bodega avant de partir. Goûter le vin à 9 h. du matin n'est pas dans nos habitudes mais on ne peut pas refuser ! Les vins blanc ou rouge sont atypiques (ce que l'on dit quand on n'est pas convaincu !) mais il ne doit pas y avoir souvent des visiteurs étrangers ici alors on veut montrer notre respect pour leur travail. Le vin blanc se révèlera excellent. Avant de quitter Hualfin nous nous faisons ouvrir la chapelle Notre Dame du Rosaire, Monument Historique National. Le chœur est orné d'une fresque aux vives couleurs naturelles. La chaire, la porte et divers ornements sont en bois sculpté essentiellement de rosaces. Du haut du belvédère nous avons une vue sur le village, ses vignes et les environs. Nous continuons jusqu'à Amaicha. Il y a eu de violents orages et la route est traversée par des flots d'eau boueuse. La pluie nous rattrape à Amaicha et nous remettons nos visites à demain. Le camping est très agréable mais n'est pas prévu pour les ccars et il faut se faire tout petit pour trouver un emplacement. Les GaeTheo et leurs amis, arrivés plus tard, seront contraints à continuer la route faute de place.

val27
  val25 val28   val29   
 
Vendredi 17 mars : CAFAYATE : 83 km – 16 990 km
Le soleil est revenu. Visite du musée Pachamama. Nous parcourons cet espace avec délices. Les murs et les sols sont décorés de mosaïque. Des sculptures monumentales évoquent la terre mère et le soleil. Les jardins de cactus ponctuent l'ensemble. Une grande salle fermée expose des peintures très vives et la curiosité nous fait prendre un escalier qui nous amène dans la pièce au-dessus. C'est un immense atelier de peinture et de sculpture. Deux artistes sont à l’œuvre et nous disent que les visiteurs ne sont pas admis ici. Nous demandons si nous pouvons accéder à la galerie inférieure et l'un d'eux nous accompagne par un escalier en colimaçon plein de toiles d'araignées qu'il chasse avec ses mains. Les peintures sont superbes, nous le remercions chaleureusement et nous poursuivons notre visite. Toute cette harmonie est l’œuvre d'un seul homme, Hector Cruz. En parcourant le guide nous tombons sur sa photo. Surprise ! C'est l'homme qui nous a accompagné tout à l'heure. Nous retournons le voir, nous excusons de le déranger et demandons si nous pouvons le photographier. Il accepte chaleureusement et demande à son élève de nous prendre en photo. Nous sommes subjugués par autant de modestie et de cordialité de la part de ce grand homme. Que du bonheur ! 
L'arrêt suivant sera pour Quilmes du nom de la tribu qui occupa ce site entre le 9ème et le onzième siècle. Ils furent chassés par les espagnols après une résistance de 130 ans et exilés à Buenos Aires. Les constructions s'étageaient sur la colline et on comptait environ 8 000 habitants. Une première restauration a permis de remonter les fondations d'une partie des maisons et, du haut de la colline, on a une belle vue d'ensemble. Après la région où le cactus est roi nous arrivons dans la région des vignobles. Cafayate est une grande région viticole et les vignes s’étendent à perte de vue. Nous y arrivons en fin d'après-midi. Petite balade dans cette ville que nous visiterons demain. Nous retrouvons les GeoTheo et leurs amis. Le camping est quasiment désert, quelques tentes seulement.
 
          val37       val33 val30   val32val36   val34val38   val39val41   val44
 
Samedi 18 mars : CAFAYATE
Après quelques échanges avec nos voisins nous partons visiter Cafayate. La seule bodega en ville ouvre juste ses portes et la visite est rapide. Le musée du vin est un bâtiment moderne bien agencé. Il nous confirme que les vignobles de la région sont les plus hauts du monde. Visite intéressante … Nous parcourons la ville et je suis étonnée de voir autant de boutiques de souvenirs. C'est la première fois depuis bien longtemps qu'il y en a autant. Les articles proposés sont d'assez bonne facture mais tout le monde vend à peu près la même chose. Nous choisissons un resto qui propose le cabri « asado » c'est-à-dire grillé. Très bon. Une glace aidera notre digestion. La chaleur devient écrasante alors nous regagnons notre ccar. Nous aurons peut-être une bonne connexion wifi ? Depuis notre entrée en Argentine c'est la cata, pas de possibilité de mettre le blog à jour ou de télécharger des fichiers un peu volumineux.

val45   val46

Dimanche 19 mars : CORONEL MOLDES – le lac : 150 km – 17 140 km
C'est la journée de la traversée de la Quebrada de las Conchas. On quitte la RN 40 pour la ruta 68.  
Le paysage a été modelé par l'eau et les vents et les formes des rochers sont spectaculaires. Les couleurs, qui vont du rouge au rose en passant par l'ocre, le gris, le blanc, ajoutent à la beauté de cette vallée. Nous prenons notre temps et allons d'un site spectaculaire à l'autre à la vitesse de l'escargot. C'est magnifique ! La quebrada de la Alamania qui suit est beaucoup moins impressionnante. Notre bivouac est au bord du lac au sud de Salta, bel endroit avec un beau coucher de soleil.
 
val49   val50val51   val52val53   val54val55   val56
 
vidéo chanteur quebrada

Lundi 20 mars : SALTA : 187 km – 17 327 km
La nuit a été très calme, seul un lama nous a tenu compagnie au bord du lac. Hier le pont qui enjambe le lac était très fréquenté parce qu'il y avait du saut à l'élastique. Ce matin nous découvrons un pêcheur avec sa voiture et sa tente plantée sur le pont. C'est incroyable. On s'arrête pour le prendre en photo et il nous offre un poisson. Direction Cachi sur la RN 40. Nous voulons passer par la Cuesta del Obispo et nous attarder dans cette région. La route est très bonne dans les premiers kilomètres et ensuite de gros travaux d'aménagement la rendent délicate du fait de son étroitesse. Après le passage d'un pont peu rassurant quant à sa solidité la route est à nouveau bonne. Nos prenons de l'altitude et les virages sont serrés. Le ripio est au rendez-vous et il est acceptable. Malheureusement cela ne dure pas et arrivés vers 2 600 m. d'altitude il devient très dégradé, le temps est à la pluie et nous décidons de faire demi-tour. Dommage. Salta sera notre destination pour ce soir. Un premier tour en ville nous montre une ville triste, plutôt sale, dégradée, mais si le soleil était de la partie l'image serait sans doute meilleure. Camping ce soir, en ville nous n'avons pas le choix. Rencontre avec 2 équipages français, des marseillais et des cantalous. Ces derniers ont eu des ennuis mécaniques à répétition alors ils ont décidé de rentrer rapidement. Ce n'est pas leur premier voyage en Amsud mais ils sont découragés. Le récit de nos aventures qui commencent à être connues dans le petit monde des ccaristes les consolent un peu. Et la rencontre se continue avec un bon apéro !

                                                    val57
 
Mardi 21 mars : SALTA
Le temps est pluvieux au lever et nous traînons la matinée sur place entre un peu de discussion avec nos voisins qui vont poursuivre leur route, un peu d'internet puisque la connexion est bonne, un peu de rangement, beaucoup de téléphone avec la famille et les amis. Le bus nous conduira en ville en début d'après-midi, très pratique et pas cher (Marie-Thé nous a donné sa carte). Les points intéressants sont autour de la place du 9 juillet. Les musées sont abrités par des maisons coloniales toujours intéressantes à visiter. La cathédrale de style baroque est très richement décorée. Les plafonds sont peints et les dorures omniprésentes. L'église Saint François près de la place a des couleurs éclatantes ! Les rues piétonnières entourent la place. Après une pause glace dulce de leche, cereza et mentha, nous regagnons le bus et notre casa rodante. Le temps est toujours couvert.
 
val58   val59val61   val60val63   val62
 
Mercredi 22 mars : TILCARA : 186 km – 17 513 km
Derniers coups de fil ce matin puis nous prenons la direction du nord. En traversant Salta nous sommes étonnés des files d'attente devant les banques et divers services. Celle de la poste s'étend sur 2 «quadras» ! L'Argentine connaît un fort taux d'inflation et la vie ici est aussi chère qu'en France. Pour exemple, le litre de gasoil coûte 1,30€ (contre 0,70 € au Chili). La route devient vite très étroite et les virages s'enchaînent. Il faut rouler prudemment surtout quand nous croisons d'autres véhicules. La forêt est très dense et humide de type tropical. Les troncs d'arbre sont couverts de mini fougères et de toutes sortes de végétation. Après la ville de San Salvador de Jujuy, sans intérêt, nous suivons le vaste lit de la rivière. La végétation disparaît peu à peu et c'est à nouveau un paysage très minéral et coloré. Visite du musée postal de Hornillos. C'est une bâtisse imposante qui servait aussi de caserne au rôle important pendant la guerre d'indépendance. Nombreuses pièces meublées et plusieurs cours intérieures. C'est sous le soleil que nous arrivons à Tilcara notre étape du jour à 2 465 m. d'altitude.

val67   val66val68   val69
 
Jeudi 23 mars : ABRA PAMPA : 139 km – 17 652 km
Visite du musée archéologique ce matin suivie de la visite du site de Pucara. Le musée possède de belles collections de bijoux, vases mortuaires, instruments pour inhaler des plantes hallucinogènes, masques effrayants, … La Pucara est la restauration d'une forteresse de l'époque précolombienne. L'ensemble est en pierre et les toits sont recouverts de torchis. Belle balade commencée sous les nuages et terminée sous un beau soleil. Nous quittons Tilcara dans l'après-midi pour Humahuaca. Le but est de monter à El Hornocal, à 4 350 m. d'altitude pour voir la colline des 14 couleurs. Nous irons en taxi pour cause de mauvais ripio. Le chauffeur de taxi, très honnête, nous conseille de partir entre 11 h. et 15 h. et pour aujourd'hui c'est trop tard. Nous continuons la route au nord vers la Bolivie. Nous coupons le Tropique du Capricorne signalé par un simple panneau. La route traverse le plateau andin et s'élève jusqu'à 3 600 m. Bivouac sur la place du village devant l'école et le commissariat. Nous serons bien gardés.

val71   val72val73   val74val75   val76val78   val79
 
Vendredi 24 mars : HUMAHUACA : 240 km – 17 892 km
Un très gros orage nous est tombé dessus hier soir et du coup le village était dans le noir. Ce matin il fait 4 degrés mais le soleil est revenu et la journée s'annonce belle. Nous prenons une piste de ripio (après avoir juré mille fois de ne plus rouler dessus). Le désagrément est compensé par des paysages grandioses : canyons colorés, large plateau encadré de montagnes, troupeaux de lamas, de vigognes et de guanacos. Après nous être signalés à la station de rangers nous gagnons la lagune de Los Potuelos à 7 km de la route. Nous sommes accueillis par un troupeau de guanacos pas sauvages du tout. La lagune est peuplée de flamands roses et rouges par dizaines. Des centaines de canard leur tiennent compagnie. Ce sont eux qui donnent l'alerte en s'envolant et les flamands s'éloignent de la rive. Des suris (autruches miniatures) picorent tranquillement sur les berges. Un troupeau impressionnant de vigognes s'avance vers nous. Je ne suis pas très rassurée mais ils nous ignorent et passent leur chemin. Nous ne regrettons pas d'avoir mis 2 h.30 pour parcourir 45 km ! Ici la nature est sauvage et nous pouvons l'approcher. Retour à Humahuaca que nous visiterons demain. Nous sommes descendus de 3 600 m. à 2 900 m. après un passage à 4 000 m. (en passant un talus on a perdu un morceau du pare-chocs arrière qui tiendra avec force vis ! mais où est le problème ? …).

val85   val88val90   val87
  
Samedi 25 mars : HUMAHUACA  
Excellente journée qui aurait pu mal finir …  Ce matin nous restons en ville. Enfin un beau marché aux fruits et légumes. On se régale. A midi il faut être sur la place centrale. Sous l'horloge de la tour des portes s'ouvrent, un automate représentant Saint François en sort et  bénit la foule. L'église de la Candelaria s'ouvre à la même heure pour la visite. Les portes et les soubassements des murs intérieurs sont plaqués de bois de cactus.
On a décidé de monter au mirador El Hernocal en ccar, on nous a annoncé un bon ripio. Nous partons confiants … et au bout d'une dizaine de km je trouve que « ça sent le chaud ». Pas  du tout inquiets on s'arrête pour faire refroidir le moteur … Je sors pour aider à la manœuvre et je découvre que la calandre coule l'eau. Évidemment le vase d'expansion est vide.  On n'a rien appris de nos nombreux déboires et ce n'est plus de l'inconscience, c'est de la connerie !  Pas de panique. Bernard ouvre le capot, cherche d'où peut venir la méga fuite et trouve un tuyau débranché vers le radiateur. OUF ! Il le rebranche et il n'y a plus qu'à refaire le plein de liquide de para flue. On redescend sur Humahuaca en vérifiant le niveau tous les 2 km.
Il reste stable. PLUS DE RIPIO !!!  
On revient au camping et on part en taxi avec un jeune couple d'argentins. On bénéficiera du prix local soit la moitié du prix demandé quand nous étions seuls. Après 25 km environ d'une piste en lacets qui monte à près de 4 500 m. nous arrivons au mirador. C'est un enchantement même si le soleil joue à cache-cache avec les nuages. Les oxydes offrent une gamme de couleurs allant du rouge au gris-vert. On ne se lasse pas du spectacle. L'orage qui se rapproche nous fait quitter ce lieu magique.  
La balade en ville sera de courte durée, à 17 h. les boutiques ferment leurs portes.
 
val93   val92val99   val94val98   val100 
    
Dimanche 26 mars : SAN SALVADOR DE JUJUY : 170 km – 18 087 km
Dernier tour au marché. La route qui redescend vers Purmamarca est bordée de montagnes de toutes les couleurs. C'est une fois de plus incroyable. Des arrêts photos sont demandés en permanence au chauffeur. Cette quebrada bien éclairée par le soleil est un vrai bonheur. Arrêt à Uquia pour visiter l'église coloniale du XII° s., plafond et confessionnal en bois de cactus, beaux tableaux de style baroque et nombreux marchands du temple devant le parvis. Arrêt à Purmamarca petite ville très touristique. Un mirador permet de voir les collines environnantes toujours très colorées. Petit resto sympa à midi. Deux jeunes français, Eva et Nicolas, partagent notre table et nous ne voyons pas le temps passer. Echanges sur nos circuits, ce qui nous a plu, ce qui ne nous a pas plu … Ils vont à San Pedro d’Atacama et nous espérons nous y retrouver. Ce ne sera pas pour tout de suite. Quelques km de montée et le tuyau se débranche et le paraflue se vide. Bon on a vu pire ! On décide de retourner à Salta, le col de Jama à 4 800 m. va être dur à passer si la pression du moteur en montée fait « péter » le tuyau. Finalement on s'arrête avant Salta à San Salvador de Jujuy où il y a un Fiat … qu'on ne connaissait pas ! A suivre demain.
 
val102   val103val104   val110val109   val111
 
Lundi 27 mars : SUSQUES : 212 km – 18 299 km  
Arrivée matinale chez Fiat et prise en charge immédiate. C'est un garage immense, alors filtrage à l'entrée, réceptionniste, chef mécano et chef du chef. Ils ne comprennent pas ce qu'il se passe. Ça commence mal mais après de nombreuses questions le ccar est rentré dans l'atelier. Au bout d'une heure la panne est trouvée. Un coude d'entrée dans le radiateur est en partie cassé. Ouf ! Il y a bien un problème concret. Si la pièce est à Jujuy dépannage immédiat, sinon elle viendra de Salta et ce sera pour demain. On croise les doigts (à force on a des doigts d'arthritiques) et à midi on sort du garage, ccar dépanné et compte bancaire un peu plus raplapla ! On reprend la route du col. On traverse les Salinas Grandes, une étendue de sel à perte de vue. Les tables, les bancs et même les quelques maisons du lieu sont construites en briques de sel. On roule bien avec de nombreux arrêts pour contrôler le niveau, vous savez de quoi !  Et, à 17h. nous nous arrêtons à 3 500 m. d'altitude après avoir roulé 212 km sans problème. On va mieux dormir la nuit prochaine.

val113   val112val114  val115

retour haut de page
retour à l'accueil