retour à l'accueil

OUZBEKISTAN - FRANCE du 15 mai au 26 juin

Jeudi 15 mai : 19 – 38° / 543 km – 11 403 km
Mais on se lève en pleine forme. Bernard range son bazar de soute pendant que je range l’intérieur. Pendant 70 km nous aurons de la tôle ondulée et mettrons 3 h. jusqu’à Beyneu. Ici on fait monter le 2ème pneu sur la jante, on change pour des tengués à la banque, on fait le plein de gasoil et quelques courses. La route jusqu’à Atyrau est moyenne puis très bonne. Bivouac en face de l’hôtel Chagala. Journée fatigante et sans beaucoup d’intérêt.
ouzfr1
Vendredi 16 mai : 20 – 38° / 316 km – 11 719 km

Les jours se suivent et se ressemblent. Ce matin quête du bureau de l’immigration pour se faire enregistrer. Cette formalité nous prendra 2 h. en tout et le bureau n’est pas signalé – je donne le point GPS pour ceux qui nous suivront : N.47.05.42.8 / E.051.55.15.7.6 - c’est le point du parking à 50 m. du bureau de l’immigration. Route à trous ensuite jusqu’à la frontière avec la Russie (316 km). Les étagères sont démontées, la vaisselle se promène, le frigo est en vrac … et Bernard est épuisé de tourner le volant pour éviter les trous et parfois sauter dedans ! On retrouve un paysage plus vert, les vaches et les chevaux paissent les pieds dans l’eau. On approche du delta de l’Oural, on va quitter l’Asie pour l’Europe. Les panneaux de signalisation sont à nouveau en cyrillique – ce n’était pas le cas en Ouzbékistan. Les cimetières musulmans apparaissent de loin comme des hameaux fortifiés et cette architecture est très surprenante. Heureusement le passage de la frontière est bouclé en 1 h. et nous voilà en Russie – personnel très aimable des 2 côtés. Ce soir encore nous nous arrêtons sur le parking à la sortie de la douane. C’est la campagne et on assiste à la rentrée des troupeaux de vaches. 
ouzfr3   ouzfr4

Samedi 17 mai : 24 - 35° / 80 km – 11 799 km

Hier soir, nous étions sous le lampadaire, les insectes se brûlaient les ailes,  tombaient sur le toit du CC, il y en avait de partout et on a dû changer de place – il en sortait encore ce matin des lanterneaux ! Route très agréable pour Astrakan – c’est le delta de la Volga, il y beaucoup d’eau et des troupeaux de vaches et de chevaux. Pas un trou sur la route, le bonheur ! Nous passons sur un pont flottant qui enjambe un bras du delta.
Parking au Mégastore d’où nous allons visiter le Kremlin, puis le mémorial avec la flamme éternelle. Quelques courses dans un centre commercial très moderne avec de belles boutiques. On va se garer au bord de la Volga avec l’accord des policiers que nous croisons. Petite balade dans le quartier tout proche des maisons en bois. C’est samedi, les familles se promènent avec les enfants et les jeunes sont à vélo ou avec des rollers. C’est une ambiance de vacances. Nous sommes devant un manège pour enfants et subissons les chansons enfantines. Espérons que les enfants ne se coucheront pas trop tard. De l’autre côté les sonos sont à fond dans les voitures et nous subissons les rythmes techno. Retour à la civilisation !   
ouzfr5   ouzfr6ouzfr8   ouzfr7       

Dimanche 18 mai : 24 – 36° / 440 km – 12 239 km

Quelle nuit ! les voitures s’arrêtaient à côté de nous et la sono était tellement forte que le CC vibrait – et les derniers sont partis vers 2 h. du matin … Ce matin ce sont les pêcheurs qui ont pris leur place au bord de la Volga. Pendant que nous déjeunons il y a un qui pointe son nez à la fenêtre, nous parle en russe et nous offre sa pêche du matin. Nous, français, avons la côte auprès des russes. Nous trouvons assez vite le marché aux poissons séchés (grâce à nos cartes sur la tablette). Beaux étalages de poissons rangés par taille. Nous espérions avoir de verts paysages en remontant la Volga mais c’est encore le désert, avant de trouver quelques cultures en approchant de Volgograd. Cette ville qui a longtemps été Stalingrad a un passé important – elle a résisté à la poussée allemande – les habitants ont tenu les nazis en échec et leur victoire a participé de la victoire finale.   
ouzfr10   ouzfr11

Lundi 19 mai : 22 – 28° / 385 km – 12 624 km

Nuit calme et ce matin nous allons à la colline Mamaïev Kourgan – la ligne de front passait par cette colline qui est devenue un complexe gigantesque à la mémoire des disparus – l’ensemble est dominé par la statue de la Mère-Patrie-Appelant haute de 52 m. représentant une femme brandissant une épée au-dessus de sa tête pour appeler les soldats au combat – nombreuses statues jusqu’aux rives de la Volga – Panthéon avec la salle de la Gloire Militaire où une main gigantesque porte la flamme éternelle gardée par des soldats figés au garde à vous (nous assisterons à la relève de ces soldats). L’ensemble est démesuré mais émouvant. La température a baissé de près de 10 degrés et c’est mieux pour nous. La campagne est verdoyante et nous avons quitté le désert. Les cimetières chrétiens ont remplacé les cimetières musulmans. Le bivouac se fera à un endroit où nous nous étions arrêtés à l’aller, au restaurant en travaux – la patronne est très heureuse et surprise de nous revoir. Nous prendrons notre repas chez elle – un russe très jovial sympathise avec Bernard, lui serre vigoureusement la main et lui offre un verre de vodka en l’invitant à le boire cul sec comme lui …
ouzfr12   ouzfr13
ouzfr14   ouzfr15                       ouzfr16   ouzfr17      ouzfr18   ouzfr19

Mardi 20 mai : 22 – 28° / 555 km – 12 179 km
Un petit cadeau à notre hôtesse avant de partir – une tasse avec la tour Eiffel. C’est encore une journée étape – traversée de plaines cultivées et route très droite mais en assez bon état. Les arbres qui bordent la route ont mis leurs feuilles depuis notre passage le mois dernier et tout est plus vert. Bivouac près du stade de Ryazan et demain nous serons à Moscou. Quelle surprise d'avoir une connexion wifi ici, j'en profite pour mettre mon blog à jour.  

Mercredi 21 mai : 22 – 30° / 204 km – 13 383 km
Nuit calme près d’un grand manège en plein démontage. Route jusqu’à Moscou – 200 km environ – des stands à perte de vue de nains de jardin et autres décos plus « belles » les unes que les autres ! La traversée de Moscou est très longue – beaucoup de bouchons, c’est le milieu de la journée et c’est la capitale. L’aire de CC est au milieu d’un parc très arboré. Nous apprécions ce cadre après toutes ces journées de traversée de zones désertiques et brûlantes. Nous sortons nos relax pour la première fois et la sieste aurait pu se prolonger … jusqu’à demain matin ! Ce parc est un lieu de balade à pieds, rollers, trottinette, vélo – c’est un lieu très reposant.  Une équipe de CC allemands est déjà installée, je suis frappée par la propreté des camions : ou ils sont sur le départ ou ils sont très soigneux !


ouzfr20   ouzfr21

Jeudi 22 mai : 20 – 28°
Visite de Moscou aujourd’hui après une nuit calme et fraîche. Nous marchons pendant environ 15 mn pour arriver au métro. Il faut se repérer dans toutes ces indications de destination en cyrillique – on repère quelques lettres et on se débrouille pour trouver la bonne voie. On compte 7 stations et on arrive près de la place Rouge – pas mal pour le premier jour ! On longe les murs du Kremlin pour arriver à la place Rouge. On débute la visite par Saint Basile-le-Bienheureux appelé aussi Cathédrale de l’Intercession de la Vierge. C’est une association de 9 églises dont 8 se regroupent autour de la principale. Elles devaient commémorer la victoire de la Russie sur les Mongols. Les gardiennes sont immobiles (endormies ?) et encastrées entre des radiateurs. On va au mausolée de Lénine – fouilles des sacs et gardiens qui nous poussent à avancer rapidement. Nos sacs seront souvent fouillés et on note la présence fréquente de policiers équipés de gilets pare-balles. Ensuite traversée du Goum qui est une immense galerie marchande protégée par une verrière et qui héberge des boutiques de luxe. Après-midi on va à la cathédrale du Christ Sauveur (interdiction de rentrer en bermuda) pour voir le parking – il ne nous plaît pas : soleil et proximité de la route. Visite du musée des beaux-Arts Pouchkine : peintures, sculptures, antiquités égyptiennes, … Retour au bivouac après cette journée bien remplie.
ouzfr22   ouzfr24ouzfr25   ouzfr26ouzfr28   ouzfr30

Vendredi 23 mai     : 20 – 27°

Ce matin nous voulons visiter le Kremlin – 1ère entrée : ce n’est pas la bonne – 2ème entrée : il faut un ticket – nous allons acheter le ticket et revenons : ce n’est pas le bon ticket, pourtant nous avions pris le plus cher afin d’être sûrs d’avoir accès à tout ! C’est l’entrée pour l’ « Armoury Chamber » - nous y allons et c’est un musée magnifique. Les objets sont très bien présentés dans un vaste espace : armes et armures, vaisselles, carrosses, cadeaux faits aux tsars, … Un autre ticket et nous visitons « The Diamond Found » : diamants bruts, taillés, montés en bijoux, en parures, en couronnes et diadèmes, … Après-midi nous visitons enfin le Kremlin ou plus exactement les cathédrales du Kremlin, avec des clochetons dorés et des murs intérieurs couverts de peintures. On verra ensuite la grosse cloche cassée et le plus gros canon (?). Malheureusement, les tours ne se visitent pas. Nous allons au Bolchoï – les visites n’ont lieu que 2 jours par semaine et ce n’est pas avant lundi. De là nous allons au Soum – grand magasin soviétique sans grand intérêt, mais emblématique. Métro Komsomolskaya avec un très beau hall central. Nous nous déplaçons assez facilement avec le métro, la difficulté est de comprendre les caractères cyrilliques. Pour info, le métro de Tachkent a été conçu de façon identique. En sortant de notre station, il y beaucoup d’animation : fanfare et jeunes gens portant des drapeaux ou des multitudes de ballons aux couleurs de la Russie. On ne sait pas pourquoi. Nous passerons un moment agréable au petit resto près de notre bivouac.
  
ouzfr31   ouzfr32ouzfr33   ouzfr35ouzfr36   ouzfr37       
Samedi 24 mai : 20 – 27°
Une autre journée à Moscou. Musée près de la place Rouge où de nombreux documents : uniformes, cartes, portraits, peintures, … racontent les batailles contre Napoléon. La place Rouge est bien gardée : passage par des portiques et contrôle des sacs – un déploiement de forces spectaculaire. Nous allons au pont sur la Moskova où des arbres de fer accueillent des cadenas. Aujourd’hui il y a de nombreux mariages. Les mariés accrochent des cadenas à ces arbres et jettent les clés dans la Moskova. Ensuite visite de la galerie Tretyakov dédiée à l’art russe : peintures, sculptures, mosaïques, icones anciennes, … Toujours à pieds nous allons au monument de Pierre 1er. Il est impressionnant, situé au milieu de l’eau. Retour au métro pour aller voir la rue Arbat – rue piétonnière annoncée comme une rue branchée … tout est relatif ! Nous parcourons plusieurs stations de métro pour voir les plus originales – elles sont splendides. Nous avions vu des cars français « recyclés » au Kazakhstan, il y en a en Russie aussi, coordonnées françaises mais immatriculation russe. Ces 3 journées de visite de Moscou nous ont permis de voir les sites essentiels de cette ville que nous avons appréciée. Nous avons aussi apprécié la gentillesse des moscovites qui ont toujours pris le temps de nous renseigner avec le sourire.
ouzfr38   ouzfr39ouzfr40   ouzfr41ouzfr42   ouzfr43ouzfr44   ouzfr45ouzfr46   ouzfr47

Dimanche 25 mai : 20 – 30° / 137 km – 13 520 km

Nous quittons Moscou par un arrêt au couvent Novodevichy ou couvent des jeunes filles. Nous prenons ensuite la route de l’anneau d’Or, mais à un arrêt supermarché c’est la panne. Bernard voit une tâche sous le moteur – il soulève le capot, c’est la durite ! Appel à Mondial assistance qui nous transfère sur la garantie Fiat. Un camion avec plateau arrive enfin – mais il est un peu court et le CC est monté avec beaucoup de difficultés – il dépasse de près de 2 m. et le chauffeur n’a pas l’air très à l’aise. Arrivés chez Fiat, personne n’est au courant de notre venue et c’est l’attente, les discussions et les coups de fil. Pour nous c’est clair on ne bouge pas tant que le camion n’est pas réparé (on pourrait difficilement faire autrement !). Finalement, un mécano arrive, il confirme le diagnostic de Bernard et le dépannage demande 10 mn – puis c’est la descente du camion, aussi délicate que la montée ! Cela nous a pris l’après-midi mais nous pouvons repartir. Le bivouac sera dans un village devant l’école.

ouzfr48   ouzfr49   
ouzfr51   ouzfr52

Lundi 26 mai : 19 – 28° / 216 km – 13 736 km

Nuit très calme – nous avons été réveillés par les enfants qui arrivent à l’école dès 7 heures – il y a pire comme réveil ! Quelques kilomètres et nous sommes à Zagorsk (ou Sergiev Posad) – toute la ville et le monastère lui-même sont en travaux. L’ambiance est au recueillement dans ce lieu. La collégiale de la Trinité Saint Serge est l’une des 4 Laures d’Union Soviétique. Au début du XVI° s. ce monastère était le plus riche propriétaire foncier de Russie. L’enceinte fortifiée de 12 tours abrite 2 collégiales, 9 églises, 1 séminaire, 1 Académie Ecclésiastique, 1 musée d’Arts Appliqués (fermé), l’ancien hôpital et des bâtiments administratifs. Le tout est dominé par des clochers en
forme de bulbe – ceux de la collégiale sont remarquables : bleus parsemés d’étoiles et le central doré. Nous assistons à une cérémonie – les participants entonnent des chants religieux et se déplacent dans différents lieux – cela ne facilite pas le travail des photographes ! A midi nous choisissons le resto le plus proche – il est décoré avec goût et ressemble à une bonbonnière – cela nous change de nos restos de bord de route. Le long de la route les maisons en bois ont des fenêtres richement décorées. Nous allons jusqu’à Rostov que nous visiterons demain. Le bivouac est devant la porte du monastère.
ouzfr55   ouzfr56ouzfr57   ouzfr58

Mardi 27 mai : 20 – 13° / 166 km – 13 902 km

Il a plu hier soir et cette nuit et la température a baissé. On va perdre 15 degrés. Ce matin visite du kremlin de Rostov – belle visite très intéressante de ce site qui est resté « dans son jus », pas trop de restauration - magnifique église avec des fresques qui couvrent les murs, musée des émaux (peints ou cloisonnés magnifiques), icones, peinture russe, … On fait le tour par les murailles et les tours de garde. Petit tour en ville et marché aux légumes, endroit très agréable. Puis c’est Iaroslav où nous visitons l’église du prophète Elie dont les murs sont recouverts de fresques.
Route jusqu’à Kostroma pour l’étape. Nous discutons avec des français dont la fille vient de passer 1 an à Moscou pour ses études – ils sont très intéressés par notre circuit et surpris que nous ne parlions ni ne lisions le russe pour visiter ce pays. Si on ne visitait que les pays dont on parle la langue, on se limiterait beaucoup !
ouzfr62   ouzbe63ouzfr65   ouzfr66

Mercredi 28 mai : 13 – 22° /197 km – 14 099 km

Nuit un peu agitée ! Les camions de nettoyage et de balayage des rues entrent en action dès le lever du jour c’est-à-dire à 3 h. du matin … et terminent leur travail vers 5 h. La place est propre et nous pouvons nous rendormir. Nous passons par Ivanovo, ville sans intérêt touristique et arrivons à Souzdal en début d’aprèsmidi. Arrêt sur un parking. Des français viennent nous parler. Ils sont auvergnats, du Puy-deDôme et, surprise, de Veyre-Monton, notre village. Nous sommes heureux de les rencontrer et parlons un moment. Ils font partie de notre association locale et vont donner des nouvelles à nos amis en rentrant.   Nous faisons le tour de Souzdal pour prendre des repères avant notre visite de demain. Les connexions wifi sont rares !
ouzfr68   ouzfr69

Jeudi 29 mai : 13 – 20°

Malentendu avec la gardienne qui vient taper à la porte et nous réveille. Bernard se lève du mauvais pied et la reçoit fraîchement … il faut partir mais on ne sait pas pourquoi. On se prépare pendant qu’elle tourne en rond et revient. Je prends mon dictionnaire et nous engageons la « conversation ». Le parking n’était payé que jusqu’à 7 h. et avec quelques roubles je règle le problème.
Première visite pour le monastère St Sauveur : fermé pour cause de ménage hebdomadaire. On va dans la ville, un petit tour au marché puis un bon resto avec une super connexion wifi pour écluser mon grand retard de blog. Nous visitons l’écomusée qui regroupe des églises et maisons en bois. Nous traversons la rivière pour aller au Kremlin dont la cathédrale de la Nativité de la Vierge est surmontée de beaux bulbes bleus parsemés d’étoiles. On fait le plein d’eau à la fontaine repérée ce matin et on retourne sur le parking.  
ouzfr70   ouzfr71ouzfr74   ouzfr75
Vendredi 30 mai   : 19 – 27° / 150 km – 14 250 km
Les sites ouvrent souvent à 10 h. alors nous prenons notre temps pour ranger et faire un peu de ménage – il y a tellement de poussière accumulée depuis l’Ouzbékistan que nous remettons le grand nettoyage à notre retour. Notre première visite est pour le monastère du Sauveur, ouvert aujourd’hui, dont le principal édifice est la cathédrale de la Transfiguration. De nombreux musées sont installés dans cette enceinte. Nous aurons la chance d’assister au concert des cloches exécuté par un homme qui tient les cordes entre ses mains dans le clocher. On entre dans le monastère de la Déposition de la Robe de la Vierge mais rien ne se visite. Puis on va faire quelques photos du clocher très coloré et de l’église St Lazare. Souzdal restera pour nous une étape importante. Par contre Vladimir est une grande ville – nombreuses manifestations aujourd’hui – police très présente et impossibilité d’approcher de la cathédrale de la Dormition qui est le site le plus important et surtout de trouver une place de parking. Nous nous contenterons de l’admirer de loin. Arrêt à Youriev Polski qui est un havre de paix et où nous bivouaquons devant le monastère. Petite balade vers la cathédrale St Georges dont les murs extérieurs sont couverts de sculptures.
ouzfr76   ouzfr77ouzfr79   ouzfr80ouzfr81   ouzfr82ouzfr83   ouzfr84

Samedi 31 mai : 19 – 27° / 90 km – 14 340 km

Le bivouac était calme le jour mais les voitures ont roulé très vite toute la nuit – la proximité du poste de police explique peut-être cette grande activité. Visite matinale d’un moine mais aujourd’hui nous sommes levés ! Il faut partir … d’accord, on visite et puis on s’en va. Il n’insiste pas. On voit arriver de nombreuses femmes le foulard sur la tête – ce doit être l’office du samedi ? On se prépare tout doucement et il arrive une procession derrière le CC : des popes en noir et d’autres avec des habits richement brodés et portant des bannières. La police a barré la rue. Il est temps de partir même si notre présence n’a pas l’air de les déranger – nous n’avons pas à perturber la cérémonie qui se prépare. Nous revenons à pieds et attendons nous aussi – de grosses voitures arrivent, des gardes du corps en sortent puis des popes qui portent « religieusement » des icônes et une caisse en fer (on verra par la suite qu’elle contient une précieuse relique). Tout le monde rentre dans l’enceinte du monastère puis dans l’église. On attend dehors et on voit défiler tout le village. Les religieux auront droit à une collation après la cérémonie ! Route pour Pereslav-Zalesky que nous n’avions pas visité au début du circuit. Le monastère de Goritski est différent des autres – les portes cochères sont très ouvragées mais l’intérieur de l’église est pauvre en fresques. De nombreux peintres en herbe sont installés dans le jardin. Dans tous les musées ou sur tous les sites les objets d’art ne risquent pas de disparaître ! Il y a tout d’abord une personne dans chaque secteur pour vérifier notre ticket puis une gardienne ou deux dans chaque salle !    Nous allons passer la nuit sur le site.
ouzfr85   ouzfr87ouzfr89   ouzfr90  

Dimanche 1er   juin : 16 – 27° / 422 km – 14 762 km

Nuit agitée – quand le monastère a été fermé et que le site s’est vidé, des gamins venus jouer au ballon ont trouvé plus amusant de faire pleuvoir des graviers sur le CC. Ensuite il y a eu un ballet de voitures et l’une d’elles nous a frôlés, le conducteur a tapé du poing sur la carrosserie. Nous partons à minuit, en pyjama et allons dormir devant un autre monastère. Ce matin dès 7 h., à peine levés, nous avons la visite d’une jeune femme russe qui a vécu au Canada et qui nous fait la causette – moment agréable – et elle est revenue pour nous proposer de manger au monastère. Ensuite c’est une journée étape – direction St Pétersbourg. Nous traversons quelques grandes villes. Entre ces villes, la route est bordée d’isbas en plus ou moins bon état – les fenêtres sont remarquables entourées d’une guirlande de bois. Après avoir quitté la route de Moscou nous tombons sur des files impressionnantes de camions dans les 2 sens. Les parkings TIR se succèdent et nous en choisissons un pour passer la nuit. Nous aurons le plaisir de manger des chachliks.
ouzfr94   ouzfr95

Lundi 2 juin :

La nuit a été très calme malgré la présence de nombreux camions et leur départ matinal. Nous allons nous arrêter à Velikiy Novgorod, une très ancienne ville russe. Visite du kremlin – église Ste Sophie – musée du cinéma avec de vieilles caméras et projecteurs – tour sur les remparts – musée des cloches (que les allemands avaient commencé à enlever pour les fondre) – monument du millénaire (1840) qui pèse 300 tonnes et comporte 127 personnages importants : tsars, artistes, écrivains, … Petite balade en ville. Nous dormirons sur le parking près du kremlin.
ouzfr96   ouz97      

Mardi 3 juin : 19 – 26° / 241 km – 15 213 km

Nuit calme sur ce parking, rien à signaler à part une grosse averse. Le gardien est très cordial - il a même donné l’adresse d’un coiffeur à Bernard qui commençait à avoir les cheveux dans les yeux ! Route pour Saint Pétersbourg. La circulation est très dense et on verra même une voiture rouler sur le trottoir pour doubler un bouchon. Arrêt à l’aire du centre culturel – elle est fermée et complètement dévastée ! On décide d’aller à l’hôtel Elizar – le GPS n’a pas les cartes au nord de Moscou et on galère un peu. Arrivés près du point on quadrille tout le quartier et impossible de trouver cet hôtel. Bernard va se repérer à pieds. L’hôtel est enclavé entre de hauts immeubles et n’est pas visible de la rue – sa situation est incroyable mais il est bien équipé pour les camping-cars (eau, électricité, vidanges, laundry, wifi) Je donne une plaquette CCRSM à la réception – un peu de pub ne peut pas nuire. Bernard télécharge les cartes manquantes sur OMS Android. Etant en panne de lecture je télécharge des livres sur ma liseuse. Mercredi 4 juin : 19 – 30° Nous prenons le métro pour aller dans Saint Pétersbourg – notre moyen de transport préféré ! - il est bondé. Autres avantages de notre hôtel : le métro est à 300 m. et il y a une épicerie juste en face. Nous prenons un City Bus pour faire le tour de la ville et prendre des repères pour les visites à venir. C’est très intéressant. Après le repas nous partons nous balader sans but précis. La ville est très agréable avec les 2 Neva et de nombreux canaux. Elle est également très animée avec ses cafés en terrasse – ce que nous n’avons pas encore vu en Russie – des portraitistes, des musiciens et des petites échoppes de souvenirs. Nous allons nous renseigner pour la visite du musée de l’Hermitage qui sera un point fort de notre séjour. L’église de la Résurrection-du-Christ, appelée aussi église du Sauveur sur le Sang Versé construite sur le lieu de l’attentat qui devait coûter la vie à l’empereur Alexandre II, rappelle Basile-le-Bienheureux de Moscou. Mais elle est couverte de mosaïques : 6 560 m2 à l’intérieur et d’autres à l’extérieur. C’est maintenant un musée et nous avons dépassé l’heure des visites. Ce sera pour un autre jour. Nos pas nous ramènent sur la perspective Nevski, artère principale de la ville, de plus de 4 km de long, bordée de beaux immeubles tel le café Singer qui est aujourd’hui une librairie. L’église Notre-Dame de Kazan est toute proche.  Nous rentrons « chez nous » en métro, aussi entassés que ce matin. Une vraie vie de parisiens !
ouzfr100   ouzfr101ouzfr103   ouzfr104ouzfr106   ouzfr107

Jeudi 5 juin : 19 – 31°

Nouvelle journée de visite de Saint-Pétersbourg. Près de l’hôtel la distribution du gaz du quartier se fait par de gros tuyaux jaunes que l’on doit franchir par un petit pont rustique. Nous retournons à Notre-Dame de Kazan et nous retournons également à l’église de la Résurrection du Christ. L’intérieur est une merveille – les mosaïques couvrent les murs et les plafonds, c’est exceptionnel. Voici nos visites du jour : palais d’été (il est en travaux et on se promène dans les jardins) - palais de Marbre (quelques pièces empoussiérées se visitent) – pont de la Banque, pont Vert, pont Anichkov et de nombreux ponts « anonymes » - quais de la Neva - église arménienne (échafaudages du sol au plafond) - église Ste Catherine - statue de Pouchkine et monument des victimes de la Révolution - musée Grévin local - grande confiserie, chocolaterie et divers produits de luxe (très beau magasin ancien), … Je ne peux pas tout énumérer … Nous finissons la journée par une balade en bateau sur les canaux et la Neva. Petite anecdote sur nos difficultés de compréhension du russe : au repas de midi, nous choisissons nos plats et passons commande. Je suis servie et le serveur pose une assiette vide devant Bernard. Rien ne se passe … bizarre … il fallait simplement aller se servir à l’intérieur. Nouvelle épreuve du métro encore plus bourré ce soir ! Il fait très lourd et nous craignons la pluie pour demain. La ville ne totalise que 35 journées ensoleillées par an et nous en avons déjà eu 3. 
ouzfr109   ouzfr111ouzfr113   ouzfr114       

Vendredi 6 juin : 20 – 31°

Beau soleil ce matin pour une autre journée de visites. Nous allons à la forteresse bâtie sur une île et qui fut le noyau autour duquel allait se développer la future ville. Le principal édifice est la cathédrale Saints Pierre et Paul dominée par une flèche de 122.50 m. qui est terminée par la figure d’un ange qui protège la ville. Dans ce lieu sont inhumés tous les empereurs russes. Les restes de Nicolas II,  de son épouse Alexandra, de leurs enfants et des serviteurs qui choisirent d’être exécutés avec eux  par les Bolcheviks (en 1918) ont été déposés dans la cathédrale en 1998. Au sud-ouest de l’île une prison a été construite et de nombreuses personnalités subirent les mauvaises conditions de vie de ce lieu – même si aujourd’hui les cellules ont été banalisées. De là nous allons voir le croiseur Aurore qui a joué un grand rôle au moment de la Révolution de 1917. Puis nous visitons la première maison de Pierre le Grand et l’Arsenal qui est maintenant un musée immense. Toujours à pieds nous rejoignons l’île Vasilevsky où des colonnes rostrales  signalent l’emplacement de l’ancien port. Beaucoup de mariages et de nombreuses limousines surdimensionnées ce vendredi. Les jeunes femmes russes sont souvent très haut perchées (voir photo) ! Nous reprenons la perspective Nevski et notre métro habituel. En ce moment c’est la période des nuits blanches de St Pétersbourg jusqu’à la mi-juillet et des manifestations se préparent pour fêter ces jours sans nuits.
ouzfr116   ouzfr118ouzfr120   ouzfr121

Samedi 7 juin : 22 – 25°

Le temps semble incertain ce matin et nous prévoyons les parapluies. Cette journée est consacrée à la visite du musée de l’Ermitage – journée bien remplie : les salles de ce palais ont gardé leur magnificence et méritent à elles seules une visite : l’escalier d’Honneur en marbre blanc, la grande salle du Trône, le salon de Malachite, le salon Doré, … L’acquisition par Catherine II de nombreux tableaux marque la création de ce musée qui renferme également de nombreuses autres collections. Nous sommes enchantés par le grand nombre de tableaux de Picasso, Matisse, Monet, Renoir, Gauguin, Van Gogh, Cézanne pour ne citer que ces grands peintres français – leurs œuvres occupent plus de 50 salles du palais d’Hiver. La salle Léonard de Vinci est dotée de deux célèbres tableaux : Madone à la fleur et Madone à l’Enfant. Les visiteurs se pressent devant les grandes œuvres et il est difficile de s’approcher surtout quand un groupe sort ses sièges pliants et s’assoit devant une toile pour écouter les explications du guide. On est toujours surpris quand on voyage ! En sortant de ce magnifique musée nous allons à la cathédrale Saint-Isaac. Elle est décorée d’une profusion de dorures, de marbre, de peintures et d’admirables mosaïques réalisées par l’école des Beaux-Arts. Encore un site à découvrir dans cette belle ville. La pluie nous tombe dessus à la sortie de la cathédrale. Nous avons perdu notre route et rentrons trempés malgré le parapluie.  
ouzfr125   ouzfr128ouzfr130   ouzfr131ouzfr133   ouzfr134

Dimanche 8 juin : 16 – 22°

Dernière journée à Saint-Pétersbourg. Le temps est plus frais et nuageux. Le monastère St Alexandre Nevski est une « Laure » c’est-à-dire un monastère masculin. Ce dimanche est jour de messe à la cathédrale de la Sainte Trinité. Le cimetière Lazarus héberge de célèbres locataires tels Tchaïkovski ou Dostoïevski. Pour aller au couvent Smolny nous ne prenons pas la bonne station de métro et nous faisons notre dimanche de rando ! Nous avons avalé un nombre considérable de kilomètres pour la visite de cette magnifique ville mais nous ne le regrettons pas. Retour en fin d’après-midi au CC avant un bon orage. Petite curiosité de cette ville : des publicités diverses sont peintes au pochoir sur les trottoirs.
ouzfr137   ouzfr138ouzfr139   ouzfr140

Lundi 9 juin   : 18 – 24° / 128 km – 15 341 km

Journée « tamalous » : Bernard traîne un mal de gorge depuis quelques jours et quant à moi j’ai pris froid en rentrant de l’Ermitage sous la pluie. Nous avons aussi beaucoup marché à Saint Pétersbourg et depuis notre départ – plus de 2 mois – le rythme a été soutenu. Du coup nous allons réduire l’allure, d’autant plus qu’une nouvelle mauvaise lecture de la carte nous embrouille : nous voulons voir le château de Tsarskoe Selo et nous allons à Krasnoe Selo – les noms se ressemblent et écrits en cyrillique on ne voit pas la différence ! Je demande la route à un chauffeur de taxi : c’est tout droit. Nous y allons et il nous rattrape pour nous faire comprendre qu’il s’est trompé et que nous devons le suivre. Il nous laissera à 3 km environ de la sortie de la ville et nous fera un dessin pour rester dans la bonne direction. Les russes sont vraiment très cordiaux, nous n’avons eu que de bons contacts avec eux.   Tsarskoe Selo (village du tsar) est le château des impératrices Elisabeth et Catherine. C’est une merveille et il mérite bien les 45 mn d’attente pour y entrer. La Grande salle du Trône occupe une surface de 846 m2. Elle est somptueuse : dorures, miroirs, plafonds peints – elle fait suite à l’escalier de parade en marbre richement décoré lui aussi. L’autre salle admirable est le Salon d’Ambre – les murs sont revêtus d’une mosaïque d’ambre et toute la décoration est en ambre. C’est un peu kitch mais exceptionnel. La foule se presse ici et nous n’avions pas encore vu autant de visiteurs sur un site. Nous allons bivouaquer à Peterhof que nous visiterons demain.
ouzfr141   ouzfr142ouzfr143   ouzfr145

Mardi 10 juin : 16 – 20° / 248 km – 15 589 km

Nuit calme – nous étions seuls - mais réveil en « musique » : les tondeuses se mettent en route dès 7 h. et la musique du jardin d’enfant aussi même si les enfants ne sont pas là. Dès 8 h. les cars dépotent des vagues de touristes et nous sommes envahis. Le palais de Peterhof ouvre à 10 h.30 et les jets d’eau et fontaines sont actionnés à 11 h. mais la visite du jardin commence plus tôt. Il y a au moins autant de monde que pour le palais d’été de Tsarskoe Selo. L’intérieur du palais est splendide, tout en dorure, soieries, parquets en marquèterie, meubles délicats, vaisselle en porcelaine et verrerie en cristal – mais pas de photo !
Les jets d’eau sont somptueux mais la comparaison avec les jardins de Versailles est un peu osée. Nous sommes malgré tout très heureux et ravis de cette visite même si le soleil nous fait défaut. Nous retournons ensuite à Saint-Pétersbourg par les ponts et digues qui traversent la Baltique – une arrivée différente sur cette ville. Puis c’est la route de l’Estonie où nous arriverons en fin de journée après un passage de frontière très facile et rapide. Nous sommes dans l’espace Schengen maintenant et la zone euro après avoir dépensé nos derniers roubles.
ouzfr146   ouzfr147   ouzfr148   ouzfr149

Mercredi 11 juin   : 16 - 22° / 239 km - 15 828 km

Nouveau réveil en fanfare : la balayeuse passe à 4 h. ce matin – qu’il était agréable le temps où les balais mécaniques accomplissait ce travail ! mais le confort du personnel passe avant celui des touristes de passage. Route tranquille à travers les champs parsemés de fleurs et les haies de bouleaux encore et toujours. La campagne est magnifique très verte et paisible – peu de maisons, des vaches et puis quelques moutons … Des camions transportent de lourds chargements de bois vers des emplacements de stockage. Arrivée à Tallinn en début d’après-midi et bivouac sur le parking de la marina. Nous verrons rentrer les voiliers dans la soirée. Nous sommes rejoints par Thérèse et Gérard Freneix. Nous échangeons nos bonnes adresses puisque nous nous croisons et nous passons un excellent moment ensemble autour d’un bon apéro.
ouzfr150   ouzfr151

Jeudi 12 juin : 15 - 20° / 325 km – 16 153 km 

Thérèse et Gérard partent pour la Russie et nous allons visiter Tallinn. Pas de chance aujourd’hui, il pleut.
La vieille ville de Tallinn est protégée par des remparts mais sous le parapluie la visite n’est pas aussi agréable. Malgré tout nous apprécions notre balade dans les rues pavées. La météo est pessimiste pour les jours à venir alors nous poursuivons notre route. Cette route est très monotone et sans grand intérêt jusqu’à la Lettonie et Riga : forêts et grands espaces mélangeants herbes et fleurs – peu d’habitations. Pas de formalités de passage de frontière – nous n’en auront plus et cela ne va pas nous manquer. Notre bivouac sera sur le parking de la gare maritime du terminal des ferries.
ouzfr152   ouzfr153

Vendredi 13 juin : 17 – 21° / 20 km – 16 173 km

Nuit très calme au bord de la Daugava et il fait soleil. Nous avons subi de nombreux changements de température depuis notre départ mais nous avions rangé les polaires et chaussures fermées, et bien il a fallu les ressortir et ranger les nu-pieds ! Le centre ancien de Riga est très différent de celui de Tallinn et surtout il fait soleil, donc les terrasses des cafés et restaurants sont ouvertes, les touristes se baladent et des japonaises sont assises sur les trottoirs et peignent à grands coups de pinceaux trempés dans de l’encre de Chine. Ambiance estivale, mais les marchands de glaces ne feront pas fortune aujourd’hui. Quelques visites, quelques photos (parking bien gardé avec les caméras de surveillance sur le toit de la caravane – les musiciens de Brême, cadeau du jumelage – le marché abrité dans des hangars de Zeppelin), quelques boutiques, un bon repas de spécialités lituaniennes savoureuses, une nouvelle balade dans la ville et nous regagnons notre lieu de bivouac de la veille.
ouzfr156   ouzfr158

Samedi 14 juin : 16 - 20° /368 km – 16 541 km
Hier soir le resto proche de notre parking a envoyé la sono et nous avons préféré déménager et aller au camping – nous avons eu une expérience malheureuse de musique nocturne et pas envie de recommencer. En route pour la Lituanie et sa capitale Vilnius nous avons fait un arrêt à la Colline des Croix, lieu de pèlerinage – la légende raconte qu’un père qui aurait eu le message dans son rêve d’installer une croix à cet endroit afin que sa fille guérisse aurait vu son vœu exaucé. Depuis les gens se sont empressés d’édifier des croix sur cette colline. Ce lieu est depuis 2001 inscrit sur la liste du patrimoine mondial et spirituel de l’UNESCO.
Les fraises envahissent les étals et nous stoppons en route pour en acheter. Le vendeur est sympa, il comprend que je suis française et fredonne « l’été indien » que je vais chanter avec lui … pas de risque, il pleut déjà. Les averses se succèdent et la route jusqu’à Vilnius est monotone, une fois de plus, malgré les grands champs cultivés et un troupeau de rennes dans un enclos. Nous décidons de visiter la capitale aujourd’hui – elle n’offre pas un grand intérêt.
ouzfr160   ouzfr161

Dimanche 15 juin : 14 – 17° / 129 km – 16 670 km

Toujours un temps automnal ! Nous arrivons à Kaunas après un arrêt rapide au château de Trakaï posé sur une presqu’île. Autre pays, autre façon de vivre : ici tout est fermé le dimanche sauf quelques restos. La visite de cette ville est tristounette … même le musée consacré au diable manque d’humour. Un peu de soleil améliorerait la vie du voyageur ! Le camping est nouveau et son aménagement est une réussite – à recommander.
ouzfr165   ouzfr166

Lundi 16 juin : 16 – 22° / 271 km – 16 941 km

Petite journée étape qui va nous conduire en Pologne. Le paysage a changé – troupeaux de vaches, champs cultivés de plus petite dimension, traversée de villages, … L’aire de bivouac est située à côté de la marina. Le soleil est chaud et nous en profitons … pour ne rien faire ! Pas de photo aujourd’hui !
Nous venons de passer notre 13ème frontière (encore 3 et nous serons rentrés) et avons traversé 11 pays.

Mardi 17 juin : 16 – 23° / 165 km – 17 106 km
Direction Varsovie. C’est la saison des fraises et nous en achetons au bord de la route. Elles sont succulentes pour 1 euro le kg. Des tombes ou des croix clôturées et très décorées sont visibles tout au long du chemin. Parking près de la vieille ville de Varsovie qui n’est pas très ancienne puisqu’elle a été détruite à 90 % pendant la seconde guerre mondiale. Une manifestation a lieu devant le ministère de la culture – peut-être contre un spectacle anti religieux comme le laisse penser la présence d’un prêtre qui prie avec les manifestants. La visite est assez rapide, mais nous sommes en transit et la Pologne n’est pas notre destination principale.
ouzfr167   ouzfr168ouzfr169   ouzfr170

Mercredi 18 juin : 16 – 24° / 365 km – 47 471 km

Nous avons prévu une journée tranquille et nous ne prenons pas l’autoroute pour aller à Wroclaw. La campagne est très diverse : nombreux bois, champs de céréales, de pommes de terre, de choux, de fraises, … maisons avec des jardins très bien entretenus, petits villages, … Nous continuons notre cure de fraises (près de 2kg par jour) – les fruits nous ont beaucoup manqué pendant tout le voyage. Plus tard des cueilleurs nous proposent des myrtilles à l’orée des bois. J’en achète et je prépare une recette apprise en Roumanie, du ratafia avec les myrtilles polonaises, la vodka ukrainienne et le sucre de notre jeune boulanger de la vallée du Fergana – un bel exemple de mixité ! Traversée de Lodz, grande ville très animée et arrivée en fin d’après-midi à Wroclaw. Le quartier du camping est en travaux et nous tournons un moment avant de trouver une rue pour le rejoindre. Accueil très sympathique du gérant qui nous donne toutes les infos pour la visite de demain.
ouzfr171   ouzfr172

Jeudi 19 juin : 18 – 25°

Belle journée ensoleillée pour la visite de Wroclaw. Changement de moyen de transport : nous prenons le tram qui s’arrête juste devant le camping et nous dépose au centre-ville. Jour férié aujourd’hui en Pologne mais les rues sont animées. Nous assisterons à 2 processions qui mêlent militaires et religieux : le sabre et le goupillon, dans cette Pologne qui a vu naître Jean-Paul II. Des nains de bronze ont été semés dans la ville – ils sont difficiles à trouver ne mesurant pas plus de 30 cm. Bernard monte en haut de la tour de la cathédrale (300 marches) d'où il a une vue imprenable sur la ville. L’Hôtel de Ville est très beau – sa construction a commencé au XIIIe siècle et s’est poursuivie pendant les siècles suivants – c’est un monument laïque de style gothique tardif très décoré sur sa façade sud d’amusantes scènes de la vie quotidienne. La place principale est bordée de maisons baroques. L’Ile-sur-Sable est la première cité, berceau de la ville. La cathédrale est aussi de style gothique tardif mais avec de nombreux ornements baroques. L’église Ste Croix et St Barthélémy est très élancée et grandiose. Elle abrite 2 salles superposées qui correspondent à 2 cultes différents. Bonne visite pour cet aperçu de la Pologne que nous avons juste traversée.
ouzfr174   ouzfr177ouzfr178   ouzfr175

Vendredi 20 juin : 16 – 11- 20° / 283 km – 17 754 km

Nouvelle journée tranquille de route jusqu’à la république tchèque. Le temps s’est beaucoup rafraîchi mais nous arriverons à Prague avec le soleil. Nous traversons encore des régions de grandes cultures, mais nous avons une grande surprise : des pavots sont cultivés sur des hectares – une marée blanche à perte de vue ! c’est très surprenant. Nous essuyons quelques bonnes averses avant d’arriver à Prague que nous visiterons demain.
ouzfr179   ouzfr180

Samedi 21 juin : 16 – 20°

Visite de Prague où nous allons avec un bus et ensuite le métro, beaucoup moins glamour que le métro russe. Sur la place de la Vieille-Ville nous assistons au défilé des apôtres quand l’horloge astronomique, qui a plus de 500 ans,  sonne l’heure. La place est environnée de palais décorés de « sgraffites » en grisé, mais le ciel est nuageux et c’est bien dommage. L’Hôtel de Ville (XIVe siècle) n’a conservé qu’une façade, les autres ont été détruites lors des combats de 1945. Nous déambulons dans les rues sans itinéraire précis et empruntons de nombreux passages. En suivant la Vltava nous arrivons au pont Charles, une des merveilles de Prague, réservé aux piétons. La synagogue est fermée aujourd’hui samedi, nous reviendrons demain pour la visiter ainsi que le cimetière juif. La journée passe vite dans cette ville où de nombreux musiciens captent notre attention. Demain sera consacré au quartier du château.   
ouzfr182   ouzfr183

Dimanche 22 juin : 16 – 21°

Le soleil s’est montré et c’est plus agréable. En sortant du métro, en haut de la grande avenue une plaque commémore le sacrifice par le feu de Jan Palach et de Jan Zajic début 1969 après l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes russes qui voulaient mettre fin au « printemps de prague ». Passage par la place de la Vieille-Ville, Bernard souhaite monter en haut de la tour de l’horloge – le vertige me prive toujours de ces beaux points de vue ! Trop de monde, nous poursuivons notre chemin par la visite de la Synagogue « VieilleNouvelle » - édifiée au XIIIe siècle, elle est toute petite. Montée au château et visite de l’ancien palais royal, de la cathédrale Saint-Guy, de la basilique St Georges et de la ruelle d’Or. Dans cette ruelle des intérieurs  du XVIe ont été reconstitués. Les maisons abritaient des alchimistes, bijoutiers et orfèvres. Devant le château se tient un rassemblement de soutien aux habitants de Dombass en Ukraine et contre la présence russe dans ce pays. Nous reprenons le pont Charles où se produit le « Bridge Band » dont un des musiciens joue d’un saxophone basse, instrument très peu utilisé et qui capte l’attention d’un autre saxophoniste : Bernard. Nous retournons sur la place toujours très animée. Bon séjour à Prague, ville que nous avions visitée il y a 20 ans environ et où nous voulions retourner. Nous ne sommes pas déçus.
ouzfr185   ouzfr186ouzfr188    ouzfr189
ouzfr193   ouzfr194

Lundi 23 juin   : 16 – 24° / 309 km – 18 063 km

Notre voyage touche à sa fin et il n’y aura plus d’arrêt important jusqu’à chez nous. Avant de franchir la frontière allemande arrêt à Pilsen, à la brasserie, mais les visites se font en groupe seulement et la prochaine est en fin de journée. Nous dépensons nos dernières couronnes tchèques à la station-service – nous avons changé 8 fois de monnaie au cours de notre circuit et le retour à l’euro va nous éviter les règles de 3 ! Je vais donc ajouter les températures, les kilomètres et quelques commentaires pour les 2 jours à venir. Pas de photo aujourd’hui !

Mardi 24 juin : 20 – 26° / 414 km – 18 477 km
Toujours la route en évitant les autoroutes et passage en France, en Alsace où nous dormons près du stade de Bergheim.

Mercredi 25 juin : 20 – 26° / 293 km – 18 770 km
Nuit calme en Alsace. A midi nous sommes à Thann où nous nous étions déjà arrêtés. Cette belle région donne envie d’y revenir … mais quand ? Nous avançons tranquillement et passons la nuit à Dôle – bel emplacement au bord de l’eau. Il faut suivre le chat pour découvrir la ville où est né Pasteur – clin d’œil à un enfant du pays, Marcel Aymé qui a écrit « Les contes de Chat Perché ».

Jeudi 26 juin   : 20 – 26° / 335 km – 19 105 km Dernière étape de notre long périple. Nous traversons les vignobles de Bourgogne et faisons une petite visite à une cave pour enrichir la nôtre. Arrêt au Monastère des 1000 bouddhas près d’Autun. Notre opinion n’est pas objective parce que nous sommes allés très souvent au Népal, une fois au Tibet et que nous sommes imprégnés de cette culture de bouddhisme tibétain qui nous plaît beaucoup. Pour nous ici c’est un beau temple mais il n’a pas d’âme. Il se visite mais il est vide. Nous arrivons en fin de journée chez nous et retrouvons notre maison avec plaisir.

ouzfr195   ouzfr196
retour haut de page
retour à l'accueil